L’envoyé américain rencontre le ministre des Affaires étrangères taliban et soulève les droits des femmes | Nouvelles des talibans

0
47

L’envoyé spécial américain pour l’Afghanistan souligne l’opposition internationale au traitement des femmes et des filles par les talibans.

L’envoyé spécial américain pour l’Afghanistan a rencontré le ministre des Affaires étrangères par intérim des talibans à Doha, la capitale du Qatar, et a souligné l’opposition internationale aux restrictions croissantes imposées par le groupe aux femmes et aux filles.

“Les filles doivent être de retour à l’école, les femmes libres de se déplacer et de travailler sans restrictions pour progresser vers des relations normalisées”, a écrit samedi sur Twitter le représentant spécial américain pour l’Afghanistan, Thomas West, après avoir rencontré Amir Khan Mutaqi.

Depuis leur retour au pouvoir en août dernier, les talibans ont imposé une série de restrictions à la société civile, dont beaucoup se sont concentrées sur la limitation des droits des femmes et des filles, qui rappellent leur dernier règne dans les années 1990.

Les écoles de filles n’ont pas encore ouvert, plus de huit mois depuis l’arrivée au pouvoir des talibans. Le groupe a insisté sur le fait qu’il souhaitait que les filles retournent à l’école, mais a justifié le retard par des raisons allant de l’infrastructure au manque de ressources en raison de la crise économique.

Lorsque les talibans ont pris le pouvoir en août, le groupe armé a promis de défendre les droits des filles et des femmes. Mais ses actions depuis ont inquiété la communauté internationale.
Plus tôt ce mois-ci, le chef suprême de l’Afghanistan a ordonné aux femmes de se couvrir entièrement en public, y compris leur visage, idéalement avec la burqa traditionnelle.

Au cours des derniers mois, les dirigeants talibans, notamment du ministère de la Propagation de la Vertu et de la Prévention du Vice, ont annoncé de nombreuses nouvelles restrictions, alors même que les critiques et la pression internationale montent à leur encontre.

En décembre, le ministère, qui a remplacé le ministère afghan des Affaires féminines, a imposé des restrictions aux femmes de parcourir plus de 72 km (45 miles) sans un parent masculin proche.

Cette restriction a été étendue pour inclure les voyages à l’étranger, et plusieurs femmes voyageant seules auraient été empêchées d’embarquer sur des vols. Des interdictions similaires ont également été introduites dans plusieurs centres de santé à travers le pays, interdisant aux femmes d’accéder aux soins de santé sans mahram (chaperon masculin).

En janvier, un groupe de 36 experts des droits de l’homme des Nations Unies a déclaré que les dirigeants talibans en Afghanistan institutionnalisaient la discrimination et la violence fondées sur le sexe à grande échelle et systématiques contre les femmes et les filles.

Un revirement surprise en mars, au cours duquel le groupe a fermé les lycées pour filles le matin de leur ouverture, a suscité la colère de la communauté internationale et incité les États-Unis à annuler les réunions prévues pour atténuer la crise financière du pays.

Un avis du ministère de l’Éducation a annoncé le 23 mars que les écoles pour filles seraient fermées jusqu’à ce qu’un plan soit élaboré conformément à la loi islamique et à la culture afghane, selon l’agence de presse gouvernementale Bakhtar News Agency.

Stabilisation économique

West a également déclaré que les deux hommes avaient discuté de la stabilisation économique en Afghanistan et des préoccupations concernant les attaques contre les civils.

Le pays est au bord de la catastrophe économique après que l’Occident a gelé les avoirs de l’Afghanistan détenus à l’étranger et interrompu l’aide.

“Le dialogue se poursuivra pour soutenir le peuple afghan et nos intérêts nationaux”, a déclaré West, l’envoyé américain, dans son message.

Le pays est sous le choc d’une crise humanitaire avec plus de la moitié de la population confrontée à la faim. Les talibans ont eu du mal à relancer l’économie dépendante de l’aide, qui est en chute libre en raison des sanctions et de l’exclusion des institutions financières internationales.

En décembre, l’administration Biden a émis ce qu’elle a appelé des “autorisations étendues” pour garantir que les Nations unies, les agences gouvernementales américaines et les groupes d’aide puissent fournir une aide humanitaire à l’Afghanistan sans enfreindre les sanctions contre les talibans.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/21/us-envoy-meets-taliban-diplomat-presses-womens-rights

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire