Les États-Unis contestent l’initiative chinoise Belt and Road avec une société privée

0
136

Port de Yangshan de Shanghai, Chine. Source de la photographie : Wikipédia – Domaine public

Lors du sommet du G7 en Allemagne, le 26 juin 2022, le président américain Joe Biden s’est engagé à lever 200 milliards de dollars aux États-Unis pour les dépenses d’infrastructure mondiales. Il a été précisé que ce nouveau projet du G7 – le Partenariat pour les infrastructures et l’investissement mondiaux (PGII) – visait à contrer l’initiative chinoise “la Ceinture et la Route” (BRI). Étant donné l’échec de Biden à adopter le projet de loi Build Back Better (dont la portée est presque divisée par deux, passant de 3,5 billions de dollars à 2,2 billions de dollars), il est peu probable qu’il obtienne le Congrès américain pour accepter cette nouvelle entreprise.

Le PGII n’est pas la première tentative des États-Unis d’égaler l’investissement chinois dans les infrastructures à l’échelle mondiale, qui a d’abord eu lieu de manière bilatérale, puis après 2013 par le biais de l’initiative Belt and Road (BRI). En 2004, alors que la guerre américaine contre l’Irak se déroulait, le gouvernement des États-Unis a créé un organisme appelé Millennium Challenge Corporation (MCC), qu’il a qualifié d’« agence américaine indépendante d’aide étrangère ». Avant cela, la plupart des prêts de développement du gouvernement américain étaient accordés par l’intermédiaire de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), qui a été créée en 1961 dans le cadre de la campagne de charme de l’administration du président John F. Kennedy contre l’Union soviétique et contre l’esprit de Bandung. de non-alignement dans le tiers-monde nouvellement affirmé.

L’ancien président américain George W. Bush a déclaré que l’USAID était trop bureaucratique et que le MCC serait donc un projet qui inclurait à la fois le gouvernement américain et le secteur privé. Le mot « société » dans le titre est délibéré. Chacun des dirigeants du MCC, de Paul Applegarth à Alice P. Albright, a appartenu au secteur privé (l’actuelle dirigeante, Albright est la fille de l’ancienne secrétaire d’Etat américaine Madeleine Albright).

Le mot « défi » dans MCC fait référence au fait que les subventions ne sont approuvées que si les pays peuvent montrer qu’ils respectent 20 « indicateurs de performance des politiques », allant des libertés civiles aux taux d’inflation. Ces indicateurs garantissent que les pays sollicitant les subventions adhèrent au cadre néolibéral conventionnel. Il existe également de grandes incohérences entre ces indicateurs : par exemple, les pays doivent avoir un taux de vaccination élevé (contrôlé par l’Organisation mondiale de la santé), mais en même temps, ils doivent suivre les exigences du Fonds monétaire international en matière de politique budgétaire stricte. Cela signifie essentiellement que les dépenses de santé publique d’un pays candidat doivent être maintenues à un faible niveau, ce qui fait que le nombre requis d’agents de santé publique n’est pas disponible pour les programmes de vaccination.

Le Congrès américain a fourni 650 millions de dollars au MCC pour sa première année en 2004, comme me l’a dit un responsable du gouvernement américain ; en 2022, le montant recherché était de plus de 900 millions de dollars. En 2007, lorsque Bush a rencontré Nambaryn Enkhbayar, l’ancien président de la Mongolie, pour signer une subvention du MCC, il a déclaré que le Millennium Challenge Account, qui est administré par le MCC, « est une partie importante de notre politique étrangère. C’est une opportunité pour les États-Unis et nos contribuables d’aider les pays qui luttent contre la corruption, qui soutiennent les économies de marché et qui investissent dans la santé et l’éducation de leur population. De toute évidence, le MCC est un instrument de la politique étrangère américaine, mais son but semble être non pas tant de s’attaquer aux objectifs de développement durable des Nations unies (sur la faim, la santé et l’éducation), comme l’a dit Bush, mais d’assurer l’extension de la portée de l’influence américaine et d’inculquer les habitudes et les structures de la mondialisation dirigée par les États-Unis (« économies de marché »).

En 2009, le président américain de l’époque, Barack Obama, a développé un «pivot vers l’Asie», une nouvelle orientation de la politique étrangère qui a amené l’establishment américain à se concentrer davantage sur l’Asie de l’Est et du Sud. Dans le cadre de ce pivot, en 2011, l’ancienne secrétaire d’État américaine Hillary Clinton a prononcé un discours important à Chennai, en Inde, où elle a parlé de la création d’une nouvelle initiative de la route de la soie. Clinton a fait valoir que le gouvernement des États-Unis, dans le cadre de la politique de “pivot vers l’Asie” d’Obama, allait développer un programme économique allant des pays d’Asie centrale au sud de l’Inde, et aiderait ainsi à intégrer les républiques d’Asie centrale dans un projet américain. et rompre les liens que la région avait tissés avec la Russie et la Chine. L’impulsion de la nouvelle route de la soie était de trouver un moyen d’utiliser ce développement comme un instrument pour saper l’insurrection des talibans en Afghanistan. Ce projet américain a échoué par manque de financement du Congrès et par pure impossibilité, puisque l’Afghanistan, qui était au cœur de ce projet routier, n’a pu être persuadé de se soumettre aux intérêts américains.

Deux ans plus tard, en 2013, le gouvernement chinois a inauguré le projet Silk Road Economic Belt, désormais connu sous le nom de Belt and Road Initiative (BRI). Plutôt que d’aller du Nord au Sud, la BRI est allée d’Est en Ouest, reliant la Chine à l’Asie centrale, puis vers l’Asie du Sud, l’Asie de l’Ouest, l’Europe et l’Afrique. L’objectif de ce projet était de réunir la Communauté économique eurasienne (créée en 2000) et l’Organisation de coopération de Shanghai (créée en 2001) pour travailler sur ce nouveau projet plus vaste. Environ 4 000 milliards de dollars ont été investis depuis 2013 dans une série de projets par la BRI et ses mécanismes de financement associés (y compris la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures et le Fonds de la route de la soie). Les investissements ont été financés par des subventions d’institutions chinoises et par des dettes contractées par les projets à des taux compétitifs avec ceux des programmes occidentaux de prêts aux infrastructures.

Le « Rapport sur la stratégie indo-pacifique » du gouvernement américain (2019) note que la Chine utilise « des incitations et des sanctions économiques » pour « persuader d’autres États de se conformer à son programme ». Le rapport ne fournit aucune preuve, et en effet, les universitaires qui se sont penchés sur ces questions ne voient aucune preuve de ce genre. L’amiral américain Philip S. Davidson, qui commandait auparavant le Commandement américain de l’Indo-Pacifique, a déclaré au Congrès américain que la Chine « tire parti de son instrument de puissance économique » en Asie. Le MCC et d’autres instruments, dont une nouvelle Société de financement du développement international, ont été mis en place à la hâte pour donner à l’Amérique un avantage sur la Chine dans une compétition menée par les États-Unis sur la création d’investissements dans les infrastructures à l’échelle mondiale. Il ne fait aucun doute que le MCC fait partie de la vaste stratégie indo-pacifique des États-Unis visant à saper l’influence chinoise en Asie.

Seuls quelques pays ont jusqu’à présent reçu des subventions du MCC, à commencer par le Honduras et Madagascar. Ce ne sont souvent pas des subventions très importantes, bien que pour un pays de la taille du Malawi ou de la Jordanie, celles-ci puissent avoir un impact considérable. Aucun grand pays n’a été attiré dans le pacte MCC, ce qui suggère que les États-Unis souhaitent accorder ces subventions principalement à des pays plus petits, afin de renforcer leurs liens avec les États-Unis. L’accession du Népal au MCC doit être considérée dans ce contexte plus large. Bien que la découverte d’uranium dans la région du Haut Mustang au Népal en 2014 semble jouer un rôle important dans la campagne de pression sur ce pays.

En mai 2017, le gouvernement népalais a signé un accord-cadre BRI, qui comprenait un plan ambitieux de construction d’une liaison ferroviaire entre la Chine et le Népal à travers l’Himalaya ; cette liaison ferroviaire permettrait au Népal de réduire sa dépendance à l’égard des routes terrestres indiennes à des fins commerciales. Divers projets ont commencé à être discutés et des études de faisabilité ont été commandées dans le cadre du plan BRI. Ces projets, dont plus de détails ont émergé en 2019, étaient l’extension d’une ligne de transport d’électricité et la création d’une université technique au Népal, et bien sûr, la construction d’un vaste réseau de routes et de voies ferrées, dont le chemin de fer transhimalayen. de Keyrung à Katmandou.

Pendant ce temps, les États-Unis sont entrés en scène avec un effort à grande échelle pour dénigrer le financement de la BRI au Népal et pour y promouvoir l’utilisation de l’argent du MCC à la place. En septembre 2017, le gouvernement du Népal a signé un accord avec les États-Unis appelé le Nepal Compact. Cette entente, d’une valeur de 500 millions de dollars, porte sur un projet de transport d’électricité et sur un projet d’entretien routier. À ce stade, le Népal avait accès aux fonds de la BRI et du MCC et aucune des parties ne semblait s’en soucier. Cela a permis au Népal d’utiliser ces deux ressources pour développer des infrastructures indispensables ou, comme me l’a dit l’ancien Premier ministre Madhav Kumar Népal en 2020, son pays pourrait obtenir de nouveaux prêts de la Banque asiatique de développement.

Après la signature des deux accords, un différend politique a éclaté au Népal, qui a entraîné la scission du Parti communiste du Népal et la chute du gouvernement de gauche. Une question majeure sur la table était le MCC et son rôle dans la stratégie globale indo-pacifique des États-Unis, qui semble être ciblée contre la Chine.

Cet article a été réalisé par Globetrotter.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/07/05/the-united-states-contests-the-chinese-belt-and-road-with-a-private-corporation/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire