Les FDS se tourneront vers Assad si la Turquie attaque en Syrie | Nouvelles de la frontière Turquie-Syrie

0
161

Les Forces démocratiques syriennes soutenues par les États-Unis ont déclaré qu’elles se tourneraient vers le gouvernement syrien pour obtenir un soutien si la Turquie décidait de lancer une nouvelle opération militaire contre elles dans le nord de la Syrie.

Le SDF dirigé par les Kurdes a déclaré mardi après une réunion de son commandement que sa priorité était de réduire les tensions près de la frontière avec la Turquie, mais aussi de se préparer à un long combat si Ankara mettait sa menace à exécution.

Le SDF est en grande partie composé du YPG, qui est la branche syrienne du PKK, un groupe que la Turquie, l’Union européenne et les États-Unis considèrent comme une organisation « terroriste ».

« La réunion a confirmé la disponibilité de [SDF] forces de coordination avec les forces du gouvernement de Damas pour faire face à toute éventuelle incursion turque et pour protéger les territoires syriens contre l’occupation », indique le communiqué des FDS.

Le SDF était auparavant considéré comme faisant partie de l’opposition syrienne plus large au président Bachar al-Assad, mais s’est rapproché de Damas ces dernières années, en particulier à la suite de la propagation des forces militaires turques, ainsi que de leurs alliés de l’opposition syrienne.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré à plusieurs reprises au cours des dernières semaines qu’il prévoyait une opération militaire majeure pour créer une zone tampon de 30 km de profondeur à l’intérieur de la Syrie, le long de la frontière turque.

L’incursion militaire proposée serait la quatrième opération turque majeure depuis 2016, les campagnes précédentes donnant à la Turquie le contrôle du territoire des FDS et de l’EIIL (EIIL) dans différentes zones le long de sa frontière.

Les forces gouvernementales russes et syriennes semblent renforcer leur présence dans le nord de la Syrie, après que Moscou a mis en garde ce week-end contre une escalade militaire en Syrie, avant les pourparlers entre la Turquie et la Russie prévus mercredi à Ankara.

Un porte-parole de l’Armée nationale syrienne soutenue par la Turquie (SNA – anciennement connue sous le nom d’Armée syrienne libre) a déclaré que la Russie renforçait ses positions près de Tal Rifaat, Manbij, la périphérie sud de Kobane et Ain Issa – toutes les villes à moins de 40 km (25 miles) de la frontière turque.

“Depuis l’annonce de l’opération, le régime syrien et ses milices iraniennes se sont mobilisées et envoient des renforts aux YPG”, a déclaré le major Youssef Hammoud.

Les services de renseignement de la SNA avaient repéré des hélicoptères russes atterrissant sur une base aérienne proche de Tal Rifaat, a-t-il ajouté.

L’agence de presse publique turque Anadolu a cité samedi des sources locales disant que la Russie effectuait des déploiements dans le nord de la Syrie pour “consolider son contrôle”, effectuant des vols de reconnaissance au-dessus de Tal Rifaat et installant des systèmes de défense aérienne Pantsir-S1 à Qamishli, une ville frontalière près de 400 km plus à l’est.

Le commandant des FDS, Mazloum Abdi, a déclaré dimanche que le gouvernement syrien devrait utiliser ses systèmes de défense aérienne contre les avions turcs et que ses forces étaient “ouvertes” à travailler avec les troupes syriennes pour combattre la Turquie, mais a déclaré qu’il n’était pas nécessaire d’envoyer plus de forces.

Relations Russie-Turquie

Moscou et Ankara entretiennent des liens étroits et la Turquie a cherché à arbitrer les pourparlers sur la guerre de la Russie en Ukraine, mais leur soutien aux parties opposées en Syrie pourrait mettre à l’épreuve les relations du président Vladimir Poutine avec le seul membre de l’OTAN à ne pas imposer de sanctions à la Russie pour l’invasion.

Les enjeux sont également importants pour Erdogan. Sans l’approbation au moins tacite de la Russie, le puissant allié d’Assad dans le conflit syrien, une offensive turque entraînerait un risque supplémentaire de pertes. La Russie et la Turquie ont vérifié les ambitions militaires de l’autre à divers moments de la guerre en Syrie, les rapprochant parfois d’une confrontation directe.

Il n’y a pas encore eu de signes d’un renforcement significatif de l’armée turque dans la région frontalière, mais les rapports d’échanges de roquettes et d’artillerie sont devenus plus fréquents au cours des deux dernières semaines.

Des soldats turcs se tiennent près de camions militaires dans le village de Yabisa, près de la frontière turco-syrienne, Syrie, 12 octobre 2019 [File: Khalil Ashawi/Reuters]

Ankara dit qu’elle doit agir parce que Washington et Moscou ont rompu leurs promesses de repousser les YPG à 30 km (18 miles) de la frontière après une offensive turque en 2019. Les deux puissances recherchant le soutien de la Turquie sur l’Ukraine, le conflit pourrait lui offrir un certain levier.

Washington, dont le soutien aux FDS est depuis longtemps une source de tensions dans les relations avec la Turquie, a exprimé son inquiétude, affirmant que toute nouvelle opération mettrait en danger les troupes américaines – qui sont présentes en Syrie – et saperait la stabilité régionale.

La Russie a également déclaré la semaine dernière qu’elle espérait que la Turquie “s’abstienne d’actions qui pourraient conduire à une détérioration dangereuse de la situation déjà difficile en Syrie”.

Un haut responsable turc a déclaré que Lavrov serait interrogé sur les renseignements qui, selon lui, indiquaient que le gouvernement syrien et les forces soutenues par l’Iran arrivaient à Tal Rifaat ou s’y dirigeaient.

“La Turquie fera cette opération d’une manière ou d’une autre”, a déclaré le responsable sous couvert d’anonymat.

Interrogé pour savoir si la Russie renforçait ses positions dans le nord de la Syrie, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré aux journalistes que ce sont les forces armées syriennes qui “renforcent, dans une plus ou moins grande mesure, certaines installations sur leur territoire”.

Le gouvernement syrien ne commente pas les mouvements de troupes, mais le journal pro-gouvernemental al-Watan a cité lundi des sources dans le nord de Raqqa – près de la frontière turque – disant que les troupes syriennes, les chars et les armes lourdes déployées au cours du week-end en réponse aux mouvements turcs .

Le responsable turc et Hammoud de la SNA ont déclaré que les attaques depuis les zones contrôlées par les FDS contre celles sous contrôle turc et SNA avaient augmenté. Hammoud a déclaré que les forces turques et SNA répondaient.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/7/sdf-turn-assad-turkey-attacks-syria

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire