Les fonds de pension canadiens financent l’exploitation des personnes âgées

0
80

En février 2022, Les fossoyeurs (Les fossoyeurs) se sont hissés en tête des palmarès des best-sellers français. Un livre de journalisme d’investigation de Victor Castanet, Les fossoyeurs a exposé l’histoire récente de la maltraitance et de la négligence dans la chaîne européenne de soins de longue durée Orpea, un géant des soins aux personnes âgées avec plus de 1 100 maisons en activité.

Pour les Canadiens, l’histoire de l’exploitation des aînés n’était que trop familière. Mais il y avait aussi un lien sombre et intime – le Régime de pensions du Canada (RPC) est un actionnaire à 15 % d’Orpea. L’exposé a mis une loupe sur le système de soins de longue durée privatisé et a soulevé une question inconfortable pour les Canadiens : Pourquoi nos retraites dépendent-elles de l’exploitation des personnes âgées ?

Les fossoyeurs a catalysé une immense réaction publique en France. Une enquête publique a été ouverte et le cours de l’action Orpea s’est effondré. Le mois dernier, le Center for International Corporate Tax Accountability and Research et les deux plus grandes fédérations syndicales françaises, la CFDT et la CGT, ont publié leur propre rapport sur les irrégularités financières chez Orpea, qualifiant spécifiquement le CPP de principal actionnaire de l’entreprise.

Les syndicats canadiens ont répondu à l’appel de leurs homologues français, exigeant que le RPC se désinvestisse d’Orpea et des soins de longue durée. La secrétaire-trésorière du Syndicat canadien de la fonction publique, Candace Rennick, a déclaré qu’« il est impensable que des Canadiens financent sans le savoir cet abus en investissant nos revenus de retraite dans ces stratagèmes cruels ». Faisant écho à l’appel lancé par l’Alliance de la Fonction publique du Canada, les syndicats ont insisté pour que les soins de longue durée soient nationalisés et placés sous les auspices de la Loi canadienne sur la santé.

En tant que deux aspects différents de l’infrastructure sociale de la retraite, les pensions et les maisons de retraite sont indissociables l’une de l’autre. En 1925, un instituteur de London, en Ontario, écrivit au ministre du Travail pour plaider en faveur d’un système public de retraite afin de lui épargner « les maisons pauvres du comté . . . ces taches de peste de l’univers. Une pension, espérait-il, le sauverait du destin horrible de vivre le reste de ses jours dans la misère de Dickens.

Près d’un siècle plus tard, sa description de la maison des anciens comme un «lieu de peste» semble trop familière et sombre dans son intemporalité. COVID-19 a déchiré les établissements de soins de longue durée canadiens à une vitesse vorace. Le contenu de Les fossoyeursen effet, serait reconnaissable pour quiconque connaît le rapport final de la Commission ontarienne des soins de longue durée sur la COVID-19, qui raconte avec des détails saisissants et tragiques les histoires de maltraitance des personnes âgées qui ont résulté d’années de réduction des coûts dans les anciens- industrie de l’âge.

Le modèle à but lucratif des soins aux personnes âgées, il est devenu clair dans les contextes français et canadien, était au cœur des horreurs subies par les personnes âgées pendant la COVID. Selon les termes de la commission ontarienne, « il s’agit peut-être d’un excellent arrangement financier pour les investisseurs, mais il est plus difficile de comprendre pourquoi il s’agit d’un arrangement approprié pour les soins aux résidents ».

CPP Investments est loin d’être le seul fonds de pension à capitaliser sur la crise de la retraite – Orpea n’est que l’exemple le plus graphique et le plus tragique du profit des soins de longue durée. Comme Kevin Skerrett l’a souligné dans jacobin l’an dernier, la chaîne de foyers de soins à but lucratif Revera appartenait entièrement à Investissements PSP, le fonds de pension qui investit au nom des travailleurs de la fonction publique fédérale du Canada. Revera et Orpea ne sont pas les seules chaînes de soins de longue durée détenues, en tout ou en partie, par des caisses de retraite canadiennes. Le Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l’Ontario est propriétaire d’Amica, une chaîne d’établissements de luxe en Ontario, en Alberta et en Colombie-Britannique.

La communauté des investisseurs de retraite interroge les populations vieillissantes avec des signes de dollar dans les yeux, apparemment totalement inconsciente de l’ironie profonde et perverse de tout cela. Comme l’a dit un cadre du RPC, « la démographie dans certains pays rend (les soins de santé) très attrayants en tant qu’investissement à long terme ». Les investisseurs de retraite célèbrent le potentiel de profit des soins aux personnes âgées comme un moyen par lequel ils peuvent soutenir les personnes âgées.

Un article de 2017 dans Avantages Canada — un magazine qui se présente comme une « lecture incontournable » pour les professionnels de l’investissement dans les régimes de retraite — a suggéré que les caisses de retraite surveillent de près les entreprises qui sont bien placées pour exploiter les besoins d’une population vieillissante. Ils ont même désigné Orpea comme une opportunité d’investissement lucrative ! Du côté des infrastructures, l’immobilier de soins de santé a été identifié comme une vache à lait potentielle pour l’avenir. Un besoin accru de lits de soins de longue durée est considéré comme une « opportunité de croissance » pour les investisseurs.

Étant donné que la législation protège les bâtiments hospitaliers nationaux contre la propriété privée, la recherche d’opportunités de profit des caisses de retraite canadiennes dans l’infrastructure des soins de santé s’est mondialisée. Le CPP a complété ses actions Orpea en 2015 par un partenariat avec la société américaine Health Care REIT (Real Estate Investment Trust, une forme de société publique d’investissement qui négocie dans l’immobilier financiarisé) pour acheter un portefeuille de bâtiments médicaux en Californie du Sud.

Alors que les pays du Nord se sont désindustrialisés, la finance a considéré les soins de santé comme un terrain d’investissement lucratif. Les fonds de pension ont été des acteurs actifs dans ce secteur, développant d’immenses portefeuilles sur le dos de personnes espérant vieillir confortablement.

Un fonds de pension, il faut le souligner, n’est pas un investisseur régulier, même s’il agit comme tel. Sa responsabilité ultime est de payer la retraite de ses membres sous forme de prestations. Ses bénéfices sont destinés à être reversés à ses bénéficiaires : les travailleurs. Cependant, dans un monde où la finance a identifié les nécessités de base comme un terrain de profit, les investissements dans le système financier mondial sont intrinsèquement exploiteurs.

Les fonds de pension peuvent être compris comme ayant deux formes qui existent en tension l’une avec l’autre : la première en tant que capital via des investissements du système financier qui marchandisent les nécessités ; le second sous forme de bien-être via les prestations de retraite retirées des marchés des capitaux pour payer les nécessités. Une pension est nécessaire parce que les bases de la survie – logement, nourriture, médicaments, etc. – sont marchandisées. Mais les fonds de pension sont des contributeurs majeurs au même processus de marchandisation.

Les fonds de pension soutiennent les retraites des bénéficiaires tout en contribuant à l’inabordabilité croissante de la retraite. Les effets de la financiarisation font que vieillir est une perspective effrayante pour beaucoup. Le spectre de la maison de retraite plane sur les retraités comme quelque chose à redouter.

Que faire pour briser cette contradiction ? Comment garantissons-nous que les investissements dans les régimes de retraite n’exploitent pas les mêmes personnes qu’ils sont censés aider ? La première étape consiste à retirer tous les aspects des soins de santé — de la prestation à l’infrastructure — de la sphère de l’accumulation du capital. Nos vies, celles de nos parents et celles de nos grands-parents ne doivent pas être des sources de profit. Un changement dans l’économie politique de la reproduction sociale est crucial si nous voulons briser le complexe financier de la retraite.

La deuxième étape est le contrôle démocratique des investissements des retraites et leur réorientation vers une politique active de démarchandisation. L’utilisation du capital-retraite à des fins non lucratives peut fournir la clé d’une retraite digne pour tous. Les fonds de pension devraient investir dans les soins de longue durée à but non lucratif – ou, mieux encore, être utilisés pour créer des réseaux de professionnels de la santé capables de fournir des soins aux personnes à domicile.

Les pensions sont au cœur de la crise des retraites dans le monde, mais elles ne doivent pas l’être. Les fonds de pension et les établissements de soins de longue durée existent tous deux parce que la retraite elle-même a été marchandisée. Une retraite juste nécessite donc la définanciarisation de tous les aspects du vieillissement, afin que les populations vieillissantes bénéficient de la dignité qu’elles méritent.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire