Les médias doivent cesser de faire des publicités pour les entreprises de combustibles fossiles

0
50

Qui est à blâmer pour un manque d’action sur le changement climatique ?

“Il n’y a tout simplement aucune raison de prendre des mesures drastiques maintenant.”

Les compagnies pétrolières, le plus évidemment;

“Énergie! Environnement! Certains disent que c’est soit/ou… Je ne l’achète pas.

Les agences de relations publiques et de publicité ont payé pour embaucher de jeunes adultes déchiqueteuses exhortant les téléspectateurs à devenir des «électeurs de l’énergie» ;

“Les membres… doivent commencer à se concentrer sur les problèmes qui affectent les Américains au quotidien et sur les conséquences d’un programme climatique trop ambitieux et irréaliste.”

Les politiciens qui transportent de l’eau pour l’industrie des combustibles fossiles.

Tout cela est facile à blâmer.

Mais sans la complicité des médias d’entreprise et traditionnels, aucune propagande de l’industrie des combustibles fossiles ne volerait. Points de vente comprenant Le New York Times, Le journal de Wall Streetet Le Washington Post sont des alliés de l’industrie des combustibles fossiles depuis des décennies, non seulement en diffusant leurs publicités, mais en aidant à les créer.

Même maintenant, alors que les scientifiques disent que nous avons causé des dommages irréversibles à notre planète, ces géants des médias et d’autres n’abandonneront pas l’argent des combustibles fossiles.

Création d’« annonces par problème » pour les grandes sociétés pétrolières

Lorsque Mobil Oil et le Fois se sont associés pour créer le publireportage dans les années 1970, leurs spin-doctorants ont admis librement que le but du partenariat était «d’influencer les influenceurs». En fait, une partie de la poussée juridique initiale en faveur de la personnalité morale aux États-Unis découle de ces premières campagnes Mobil.

Mobil a inventé ce qu’il appelait la «publicité sur les problèmes» ou la «publicité de plaidoyer» à la fin des années 1960 et au début des années 1970 pour faire face à des problèmes d’image similaires à ceux auxquels ils sont confrontés aujourd’hui – les prix de l’essence étaient élevés, les bénéfices encore plus élevés et un pétrolier venait de déverser une grande quantité de pétrole sur les belles plages de Santa Barbara, en Californie. Accès à des points de vente de confiance tels que Le New York Times et le Temps de Los Angeles– qui a travaillé avec Mobil pour publier du contenu qui a aidé l’entreprise à établir une réputation amicale et responsable – a largement contribué à faire de Mobil un “bon gars” d’entreprise.

Mais en 1973, quelque chose d’inhabituel s’est produit. Le service des relations publiques de Mobil a créé des versions télévisées de ses publireportages imprimés, et deux stations commerciales – CBS et ABC – ont refusé de les diffuser, expliquant que les spots étaient de la propagande et que les diffuser serait contraire à l’éthique et pourrait même violer les réglementations de la FCC. Les dirigeants de Mobil y ont vu la fin potentielle d’une stratégie qui les avait aidés à convaincre non seulement le public, mais aussi les journalistes et les décideurs politiques. La société a lancé une offensive majeure, plaçant des éditoriaux dans tous les grands journaux et envoyant des critiques à chaque émission de télévision et de radio pour alerter le public sur le besoin urgent de protéger les droits à la liberté d’expression des entreprises. Mobil a aidé à soutenir le précurseur de Citizens United (First National Bank of Boston contre Bellotti), et se sont battus avec acharnement pour leur droit de continuer à utiliser les médias comme leur machine personnelle de relations publiques.

Ils ont gagné, comme vous l’avez peut-être deviné, et les compagnies pétrolières utilisent aujourd’hui les mêmes arguments de « liberté d’expression des entreprises » pour défendre leur droit d’induire le public en erreur sur le changement climatique.

Au milieu d’un changement climatique catastrophique, cela se produit toujours

Bien qu’il y ait maintenant un certain élan vers la responsabilisation des pollueurs des compagnies pétrolières et de leurs amis dans les médias d’entreprise, la plupart des médias traditionnels continuent de prendre l’appât de l’industrie. La Poste diffuse toujours des éditoriaux payants de l’American Petroleum Institute, que les porte-parole de l’API amplifient comme s’il s’agissait de vrais articles, pas seulement de publicités sous un autre nom. Et lorsque la Russie a commencé à envahir l’Ukraine, le président d’American Petroleum Industry, Mike Sommers, et le PDG de Sempra Energy, Dan Broulette, se sont tournés vers les médias sociaux et la télévision par câble pour définir le récit favorable aux combustibles fossiles : nous devons interdire le gaz russe, nous devons augmenter le pétrole américain et la production de gaz et les politiques climatiques de Biden ont augmenté les prix à la pompe.

Seul un système médiatique dépendant des dollars des combustibles fossiles permettrait à ces industries dangereusement destructrices de contrôler le récit de la crise climatique afin de gagner encore plus d’argent. Maintenant que la facture de toutes ces longues et fructueuses années de complicité médiatique arrive à échéance, alors que nous sommes confrontés non seulement à des vagues de chaleur et à des inondations historiques, mais aussi à un gouvernement américain qui semble moins préparé que jamais à faire face au problème, et une Cour suprême qui semble également avoir consommé un régime médiatique régulier de retard climatique, nous pouvons remettre en question la sagesse des institutions médiatiques de confiance qui ont choisi de prendre le contrôle, année après année, et ont ignoré leur responsabilité d’informer avec précision le public quand il y avait encore du temps.

Cet abus de confiance touche tous les sujets, pas seulement le climat. Doit-on croire la couverture des guerres parrainées par l’industrie de l’armement ? Doit-on faire confiance au reporting Covid-19 financé par Big Pharma ?

Refus des médias financés par le pétrole

En cette période d’urgence, de nouveaux éditeurs et organisations voient le jour pour créer des modèles de journalisme meilleurs et plus fiables. Un groupe en pleine expansion d’éditeurs, d’éditeurs et de journalistes indépendants s’est réuni pour former un réseau dirigé par OptOut, une organisation caritative à but non lucratif qui a lancé une application iOS gratuite (version Android à venir) et une newsletter fournissant des nouvelles, des analyses et des opinions de plus plus de 150 médias financièrement indépendants qui n’encaissent pas les chèques d’Exxon ou de Chevron. Nous nous efforçons de changer les récits médiatiques dominants sur des questions essentielles telles que le climat, la démocratie, les droits de l’homme et le travail en distribuant la couverture de l’actualité par des journalistes qui sont payés par les lecteurs et les abonnés, et non par des entreprises qui “lavent” leurs images à travers les médias de masse.

“En tant que réseau d’organisations médiatiques décousues et sans compromis, y compris de nombreuses publications à but non lucratif et financées par les lecteurs, nous disons aux géants de l’information d’entreprise et hérités, si nous n’avons pas besoin de colporter des combustibles fossiles à notre public, vous n’avez pas à l’un ou l’autre », a déclaré Alex Kotch, co-fondateur et directeur exécutif de l’OptOut Media Foundation.

“Réveillez-vous. Faites ce qu’il faut et éliminez la propagande sur les combustibles fossiles de nos médias.

Les publications suivantes et les leaders de l’actualité du réseau OptOut approuvent cet article :

Requins champagne

Dame Magazine

Discours Blog

Percé

Joshua Frank, co-éditeur de CounterPunch

CHAUFFÉ

Michael Sainato, fondateur de The Labour Report

OptOut Media Foundation

Population

Pouvoir et culture pop

Magazine du Rift

Sam Sacks, animateur de Means Morning News

Historique ignoré

Boue

Spencer Snyder

Séance de lutte

Le spectacle de David Feldman

La coopérative d’information District Sentinel

Le levier

Le national rationnel

La technologie ne nous sauvera pas

Recherche du Nord vrai

Bienvenue dans le monde de l’enfer

Reportage d’Amy Westervelt
Production et montage vidéo par Spencer Snyder

Source: https://www.counterpunch.org/2022/07/06/media-outlets-must-stop-making-ads-for-fossil-fuel-companies/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire