Les victimes les plus vulnérables de Gaza – CounterPunch.org

0
84

Image de Mohammed Ibrahim.

J'ai reçu un communiqué d'un ami juif, préoccupé par la tournure des événements à Gaza. Le premier paragraphe dit :

« Le génocide n’est pas une légitime défense. J'espère que vous élèverez la voix auprès de vos élus. Et peut-être que vous manifesterez publiquement. Il est si important que nous donnions également la parole aux Palestiniens dans cette catastrophe. Nous avons tous peur. Les cinglés antisémites et anti-islamiques qui se cachent toujours sous les tapis se déchaînent à ces moments-là. Mais nous devons nous parler et nous écouter. C'est notre seul espoir.

Alors que le nombre de morts augmente chaque jour à Gaza, les voix s'élèvent également contre les représailles brutales des Forces de défense israéliennes (FDI) contre les civils de Gaza. Et les Gazaouis continuent de subir les conséquences des attaques incessantes de Tsahal, malgré les appels généralisés à l’arrêt du massacre. Combien de personnes devront encore mourir pour que les responsables reprennent conscience ?

Le porte-parole de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Christian Lindmeier, a mis en garde contre le grand nombre de morts civiles directement et indirectement liées aux bombardements israéliens. « C'est une catastrophe de santé publique imminente qui se profile avec les déplacements massifs, la surpopulation et les dégâts causés aux infrastructures d'eau et d'assainissement. »

Un tableau encore plus désastreux a été dressé par James Elder, porte-parole de l'UNICEF. Lors d’une conférence de presse le 31 octobre 2023 au Palais des Nations à Genève, Elder a déclaré : « Nos craintes les plus graves concernant le nombre signalé d’enfants tués, devenant des dizaines, puis des centaines, et finalement des milliers, se sont concrétisées en seulement quinze jours. Les chiffres sont effroyables ; plus de 3 450 enfants auraient été tués ; étonnamment, ce chiffre augmente considérablement chaque jour. Gaza est devenue un cimetière pour des milliers d'enfants. C'est un enfer pour tout le monde.

Selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), les attaques menées le mois dernier par l'armée israélienne ont tué 4 104 enfants, soit une moyenne de plus de 100 enfants tués chaque jour.

« Plus d’un million d’enfants à Gaza connaissent également une crise de l’eau. La capacité de production d'eau de Gaza ne représente que cinq pour cent de sa production quotidienne habituelle. Les décès d’enfants – en particulier de nourrissons – dus à la déshydratation constituent une menace croissante… Et puis il y a le traumatisme. Lorsque les combats cesseront, le coût pour les enfants et leurs communautés sera supporté par les générations à venir. Avant cette dernière escalade, plus de 800 000 enfants à Gaza – les trois quarts de l’ensemble de sa population infantile – avaient été identifiés comme ayant besoin de soins de santé mentale et d’un soutien psychosocial. C'était avant ce dernier cauchemar. Et s’il n’y avait pas de cessez-le-feu, pas d’eau, pas de médicaments et pas de libération des enfants enlevés ? Ensuite, nous nous précipitons vers des horreurs encore plus graves qui affligent des enfants innocents. »

On estime qu’environ 690 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays – pour la plupart des enfants – trouvent refuge dans 149 refuges gérés par l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine, l’organisation humanitaire qui qualifie la situation dans la bande de Gaza de « désespérée ». Selon le ministère palestinien de la Santé, 16 des 35 hôpitaux de Gaza sont hors service.

Bien que le président Joe Biden préconise une « pause humanitaire », le porte-parole du gouvernement israélien a déclaré que son armée avait achevé « l’encerclement de la ville de Gaza et qu’un cessez-le-feu n’était pas du tout sur la table ». Cela se produit alors que Donatella Rovera, conseillère principale en réponse aux crises pour Amnesty International, a déclaré que les enquêtes sur quatre incidents survenus les 10, 11, 16 et 17 octobre à Gaza ont montré qu'Israël a utilisé le phosphore blanc hautement toxique comme arme dans les zones civiles.

Alors que le monstre de guerre multiplie les travaux de démolition et que les bombes continuent de tomber sans relâche sur les enfants, des milliers d’entre eux ont faim et souffrent de ce que l’on peut appeler un trouble de stress traumatique prolongé. Alors que je réfléchis aux souffrances incalculables des enfants, j’ai lu les lignes suivantes du poème « Rapport de la ville assiégée » du regretté poète polonais Zbigniew Herbert, dans une traduction de John Carpenter et Bogdona Carpenter. L’orateur du poème est désigné chroniqueur « parce qu’il est trop vieux pour porter les armes ».

J'évite tout commentaire Je contrôle mes émotions J'écris

sur les faits

ils sont les seuls à être appréciés sur les marchés étrangers

mais c'est avec une certaine fierté que je voudrais informer le monde

que grâce à la guerre nous avons élevé une nouvelle espèce d'enfants

nos enfants n'aiment pas les contes de fées, ils jouent à tuer

éveillés et endormis, ils rêvent d'une soupe de pain et d'os

tout comme les chiens et les chats

Source: https://www.counterpunch.org/2023/11/10/gazas-most-vulnerable-victims/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire