Sans organisation, nous n’avons rien : construire une organisation de base dans les écoles

0
114

Après une année mémorable de luttes sur le lieu de travail, enseignants rs21 discuter de la nécessité d’une organisation continue de la base dans les écoles et proposer une réunion ouverte pour entamer des discussions sur son développement.

Marche et rassemblement Save Our Schools, centre de Londres, 15 mars 2023. Crédit : Steve Eason/Flickr.

En juillet, les membres du NEU ont voté en faveur de l'offre salariale de 6,5 pour cent du gouvernement, mettant ainsi fin à la grève pour les salaires et le financement. Alors que 86 pour cent des membres acceptant l'accord représentaient une forte majorité, en réalité la bureaucratie rémunérée et laïque de notre syndicat recommandait un vote « d'acceptation », des déclarations délibérément ambiguës sur la nature potentielle « à prendre ou à laisser » de l'offre et la tenue de la consultation à la fin de l'année universitaire ont été des facteurs importants.

Toutefois, en tant que travailleurs, nous devons réfléchir à notre force. L'absence d'une « organisation de base » établie au sein de notre syndicat continue de limiter notre capacité à agir de manière indépendante par rapport à notre bureaucratie syndicale.

L'annonce du mois dernier selon laquelle le gouvernement a « mal calculé » le financement des écoles pour 2023/24 met le financement des écoles au premier plan et soulève la perspective et la nécessité d'une grève l'année prochaine. Il met également en lumière les arguments fragiles de la bureaucratie syndicale lorsqu’elle réclame des concessions partielles en échange de l’abandon de notre mandat de grève. Notre objectif n’est pas une grève dans le seul but de remporter les bulletins de grève, mais un rétablissement des salaires à long terme et une prise de contrôle de nos lieux de travail et de notre système éducatif.

Alors, qu’entend-on par « organisation de base » ? Vers quels exemples pouvons-nous nous tourner ? Quelles sont nos prochaines étapes ?

Stratégie minoritaire militante

Quelque 25 541 membres ont voté pour rejeter l'offre salariale du gouvernement, allant au-delà du conservatisme de la bureaucratie syndicale. C'est une base solide pour une stratégie de minorité militante. C’est ici que les couches les plus avancées politiquement d’un syndicat (en termes de tactique, de stratégie et d’organisation) parlent, débattent et agissent ensemble. Où le leadership inspirant d’une minorité radicalise à son tour la majorité des travailleurs.

Aux États-Unis, des groupes réformateurs comme CORE au sein du Chicago Teachers Union ont poursuivi ce type de stratégie. Habituellement, comme lors de notre récent conflit, l’étincelle d’un tel mouvement vient d’une provocation de la part des dirigeants syndicaux. Toutefois, pour se développer, ces mouvements doivent développer leur propre programme stratégique. À Chicago, CORE a changé le discours et a gagné une base s’opposant aux fermetures d’écoles et politisant la question de l’austérité – dans une ville où les fermetures visaient les communautés noires et latines les plus pauvres. Notre minorité militante doit identifier les problèmes pour lesquels nos dirigeants ne peuvent pas ou ne veulent pas lutter.

Pourquoi est-ce nécessaire ?

Actuellement, nos organisateurs les plus performants sont répartis dans des milliers de lieux de travail, de succursales et de districts. Ce qu’il faut, c’est un véhicule organisationnel construit et dirigé par la base, capable de coordonner et de politiser les couches les plus militantes du syndicat ; relier la grève de cette année à une bataille annuelle pour le rétablissement des salaires et le dysfonctionnement du système éducatif capitaliste ; pour expliquer la nature de la bureaucratie syndicale dont les recommandations d’offres de salaires inférieures à l’inflation relèvent d’intérêts matériels plutôt que de force morale et d’un espace pour une éducation politique socialiste radicale.

Une organisation de la base renforcerait l’activité dans nos sections syndicales et nos districts, revitalisant les structures locales souvent moribondes – où les réunions de district sont composées de délégués des lieux de travail dictant les priorités organisationnelles dans une région géographique.

Et qu’en est-il des « factions de gauche » existantes ? Malheureusement, l'incapacité de la gauche NEU à rassembler sa majorité exécutive autour d'un plan durable de restauration des salaires montre qu'elle n'est qu'un véhicule électoral interne et ne peut pas être un noyau d'organisation de la base. Soyons clairs, les postes de direction sont importants, mais ce conflit a montré que notre exécutif n’est pas subordonné au pouvoir de la base. Notre manque de force a donné lieu à une relation paternaliste dans laquelle nos dirigeants élus se considèrent comme des experts reconnus face à des membres qualifiés à tort de désengagés, apolitiques et peu disposés à se battre.

L’Alliance des enseignants socialistes, une composante importante de la gauche NEU, est une organisation moribonde, peu présente sur les lieux de travail. De plus, sa position « critique en matière de genre » sur la libération trans se place du mauvais côté de l’histoire et continue d’aliéner la grande majorité des travailleurs de base, en particulier lors de nos conférences annuelles.

Malheureusement, certains membres de l’exécutif national n’ont pas vu de salle de classe depuis des décennies, et cette rupture du lien organique avec le lieu de travail se traduit par un conservatisme inhérent partagé par les responsables syndicaux. Cette analyse a été prouvée lorsque la gauche du NEU n’a pas pu unir ses forces avec les travailleurs de la base et exiger une augmentation de salaire entièrement financée pour les éducateurs.

Une organisation de base devrait travailler avec et à travers les factions de gauche existantes. Cependant, alors que nos écoles s’effondrent littéralement, nous ne pouvons pas attendre éternellement et devons prendre l’initiative. Une réflexion approfondie doit être portée sur sa composition, ses structures démocratiques et sa capacité d’organisation d’événements afin d’être tourné vers l’extérieur, basé sur le lieu de travail, fièrement politique et engagé sans équivoque en faveur de la libération trans.

Les éducateurs disent non

« Les éducateurs disent non » a été formé rapidement en réponse à « l'offre » salariale du gouvernement le 13 juillet 2023. La déclaration commune, signée par les secrétaires généraux conjoints du NEU (et le secrétaire général élu) a clairement signalé un tournant dans la bureaucratie. l’exigence démocratique d’une augmentation de salaire et d’inflation entièrement financée. Il y avait, à juste titre, de la colère parmi ceux qui avaient travaillé dur pour organiser des grèves dans ce sens. Inspiré par la campagne réussie « NHS Workers Say No ! » les éducateurs et les organisateurs d’écoles de toute l’Angleterre se sont organisés pour suivre cet exemple.

D’abord un chat WhatsApp, EdSayNo s’est progressivement développé pour offrir un véritable potentiel d’organisation dans le monde entier, en produisant du matériel de campagne et des séances d’information pour armer les militants sur le terrain. Elle a pu organiser une réunion de plus d'un millier de militants en quelques jours seulement. L’une des mesures de son succès est l’hostilité avec laquelle la bureaucratie laïque a accueilli sa campagne.

Même si nous avons perdu le vote sur l'offre de 6,5 pour cent, EdSayNo est un réseau avec un réel potentiel. En peu de temps, ce réseau s'est développé, a recruté des coordinateurs locaux et a rassemblé les couches les plus militantes du syndicat. Il est toutefois crucial que cela se consolide sous une forme organisationnelle – ce à quoi cela ressemble devrait être soumis à un débat démocratique. Cependant, un comité directeur composé de représentants des lieux de travail dans chaque région géographique serait un début utile.

EdSayNo peut et doit être un outil permettant d'élever à la fois le niveau d'organisation des écoles et l'indépendance de la base. Par exemple, alors que l'exécutif du NEU a montré qu'il était prêt à mener une campagne pluriannuelle pour obtenir le rétablissement des salaires dans les écoles, son gaspillage des élections en été et son refus de capitaliser sur les coupes budgétaires de septembre prouvent que nous avons besoin d'indépendance. organisation. Les représentants et les militants devraient organiser des réunions dans les groupes scolaires pour discuter de ce à quoi pourrait ressembler le rétablissement des salaires, de ce que devrait être un calendrier de négociation dirigé par les syndicats et préparer le terrain pour une campagne soutenue – sans cela, l’exécutif ne ressentira aucune pression venant d’en bas. et prendra des décisions réactives en une seule occasion. EdSayNo devrait donner l’exemple d’une stratégie pluriannuelle de rétablissement des salaires.

Nous devons également nous assurer que les militants d'EdSayNo soient à l'avant-garde des votes dans leurs districts lors du prochain scrutin indicatif sur la rémunération des enseignants, et qu'ils continuent de faire pression pour que le personnel de soutien soit mobilisé.

Et ensuite

Une organisation de base doit être bâtie par les organisateurs les plus solides du syndicat.

On ne peut pas supposer que les grèves nationales développent de manière organique l’organisation de la base dans les syndicats – la vague de grèves, en particulier les conflits dans les services postaux et de santé, prouvent les pièges de la confiance dans la bureaucratie syndicale et dans le potentiel d’organisation de la spontanéité. Nous savons que les grandes réunions Zoom et les groupes WhatsApp – même s’ils sont des signes d’adhésion engagée – ne remplacent pas une véritable organisation. Sans une organisation pour avancer ensemble, renforcer le pouvoir sur le lieu de travail et prendre la direction industrielle et politique de notre syndicat, nous serons constamment en train de rattraper notre retard face aux méandres de la bureaucratie.

Si vous souhaitez discuter et développer une stratégie pratique de base dans les écoles, inscrivez-vous à notre réunion ouverte ici. Cette réunion, organisée par RS21, visera à discuter de la manière dont nous pouvons commencer à rassembler un groupe plus large de militants partageant les mêmes orientations autour d'une stratégie de base.

La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire