L’industrie immobilière et les progressistes de New York se dirigent vers une confrontation

0
80

Cette année, la politique de l’État de New York sera, à bien des égards, radicalement différente.

Pour la première fois depuis 2010, une session législative de l’État commencera sans qu’Andrew Cuomo ne la surplombe. Cuomo, qui a démissionné en disgrâce l’année dernière, était une force remarquablement dominante et le principal obstacle à toute sorte de changement progressif de l’État. Pendant une grande partie de son mandat, Cuomo a aidé les républicains à contrôler le Sénat de l’État. Il était proche des élites immobilières et financières qui ont influencé une grande partie de la politique menée.

Désormais, les démocrates contrôlent les deux chambres du gouvernement et une gouverneure plus favorable à la gauche, Kathy Hochul, est au pouvoir. Hochul est un centriste mais pas du genre vindicatif ; déjà, les démocrates progressistes et de gauche ont obtenu d’elle des concessions, notamment un financement accru pour l’allégement des loyers et la réforme du système de libération conditionnelle. Hochul, qui était autrefois une députée démocrate conservatrice au Congrès, est plus issu de gouverneurs de centre-gauche comme Phil Murphy et Gavin Newsom ces jours-ci. C’est quelqu’un avec qui on peut travailler – et contre – quand il le faut.

Mais le flanc gauche du Parti démocrate, ainsi que les socialistes démocrates, ont un combat titanesque devant eux à Albany. Pour la quatrième année, ils essaieront de faire adopter le projet de loi sur les expulsions pour « bonne cause », qui donnerait aux locataires de New York le droit de renouveler leur bail dans la plupart des cas, plafonnerait les augmentations de loyer et empêcherait les propriétaires de renvoyer un locataire sans ordonnance. d’un juge. Les propriétaires devraient prouver une bonne cause – comme ne pas payer de loyer – pour expulser les locataires.

Cela apporterait, en substance, une version de stabilisation des loyers aux locataires presque partout. L’adopter serait en quelque sorte une pierre angulaire pour le mouvement moderne des droits des locataires dans l’État, qui a passé de nombreuses décennies sur la défensive après avoir remporté des gains au début du XXe siècle. Les propriétaires fonciers, les propriétaires fonciers et le secteur immobilier au sens large s’opposent farouchement à la bonne cause, tout comme les démocrates plus modérés et tous les républicains. Même avec un grand bloc progressiste à Albany, ainsi qu’une poignée de membres des Socialistes démocrates d’Amérique (DSA), la bonne cause n’est pas garantie de passer cette année.

Plusieurs localités, dont Albany, ont adopté des versions de bonne cause. Le projet de loi de l’État s’appliquerait partout. La ville de New York, avec sa population majoritairement locataire, aurait le plus à gagner si elle devenait loi.

L’urgence d’adopter la législation est plus grande que jamais car le moratoire sur les expulsions à l’échelle de l’État, institué au début de la pandémie, devrait expirer. Hochul ne le renouvellera probablement pas. Les groupes de locataires espèrent au contraire que de bonnes causes pourront être défendues dans les prochains jours ou mois pour endiguer la vague d’expulsions. Alors que New York regorge de liquidités fédérales et de recettes fiscales accrues, les résidents de la classe ouvrière dans les professions les plus durement touchées par la pandémie, comme le tourisme et l’hôtellerie, ont lutté puissamment.

Les propriétaires, petits et grands, pensent que la législation éroderait le parc de logements locatifs – et réduirait leurs bénéfices. Ils ont fait valoir que moins de roulement de location signifierait moins d’unités disponibles. Renforcer la protection des locataires, soutiennent-ils, limitera la construction de nouveaux logements. Les propriétaires auraient moins de recours contre les locataires qui adoptent un comportement destructeur ou aliénant, mais qui autrement paient leur loyer.

Il est vrai que la ville de New York, en particulier, doit construire plus de logements pour lutter contre une crise aiguë des prix abordables et des expulsions. Ce qui n’est pas si clair, c’est comment une législation qui donnerait simplement plus de poids aux locataires réduirait davantage le développement lorsqu’une version de la bonne cause existe depuis longtemps dans le New Jersey sans conséquences désastreuses pour les propriétaires ou les développeurs. Une réalité que les partisans et les détracteurs d’une bonne cause pourraient reconnaître, au moins dans les coulisses, est que la législation elle-même n’est pas très radicale. Un droit au renouvellement du bail est ne pas contrôle de masse des loyers, et cela ne fera rien pour reréguler les centaines de milliers d’unités à loyer stabilisé qui ont été perdues du système au cours des vingt dernières années, lorsque les propriétaires ont été autorisés à retirer complètement les appartements du système de stabilisation des loyers. (Cela a changé en 2019.)

Dans le même temps, la bonne cause sera une bouée de sauvetage pour la classe ouvrière. L’industrie immobilière, avide de chasser les locataires pauvres dans les zones privilégiées et de louer des logements vacants à des professionnels aisés, le sait. La dernière fois qu’une bonne cause a été âprement débattue à Albany, en 2019, c’est Cuomo et les démocrates à l’assemblée de l’État qui ont éliminé le projet de loi d’un paquet législatif final qui renforçait la protection des locataires dans tout l’État.

Le Sénat de l’État, la plus progressiste des deux chambres, adoptera probablement le projet de loi. Son sort se décidera au sein de l’assemblée, qui a connu moins de roulement ces dernières années. Les législateurs y ont tendance à être plus favorables aux entreprises, et les jeunes progressistes et socialistes ont moins de poids. Les démocrates du nord de l’État, plus disposés à faire les enchères de l’industrie immobilière, sont susceptibles de présenter un obstacle aux progressistes du nord de l’État qui ont soif de faire avancer le projet de loi.

En partie, la lutte sera intense parce que le secteur immobilier n’a commencé à se défendre qu’il y a quelques années, lorsque les démocrates ont finalement vaincu l’opposition de Cuomo et pris le contrôle total de la législature de l’État. Il n’y a plus de conférence républicaine et plus de Cuomo. Pour les donateurs millionnaires et milliardaires, leur seul espoir est Hochul, qui est heureux de collecter des fonds auprès d’eux, et Carl Heastie, le prudent orateur de l’assemblée.

Le mouvement du logement et leurs alliés à la législature visent à déplacer Heastie. Cherchant à être réélue cette année, Hochul subirait une forte pression pour signer une bonne cause si elle arrivait sur son bureau. Le sort de la législation montrera également le chemin parcouru par les progressistes à New York. Les forces réactionnaires seront-elles capables de le vaincre ? Ou les locataires gagneront-ils le genre d’effet de levier dans la capitale de l’État qu’ils n’ont jamais connu auparavant ?



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire