Malgré des bénéfices records pour les grandes banques canadiennes, les frais clients continuent d’augmenter

0
180

Noël arrive tôt pour les banquiers canadiens.

Les six plus grandes banques ont atteint des bénéfices record en 2021 et verseront d’énormes bonus à la fin de l’année, selon les nouveaux rapports sur les résultats du quatrième trimestre. Forts de 57,4 milliards de dollars de bénéfices combinés, les Big Six versent 18,8 milliards de dollars de bonus avant les vacances.

Les bonus de cette année font suite aux 15,2 milliards de dollars versés par les banques en 2018, 15,6 milliards de dollars en 2019 et 16,2 milliards de dollars en 2020, ce qui en fait la meilleure année de l’histoire pour les banquiers de haut niveau au Canada. Les banques canadiennes sont parmi les entreprises les plus rentables au monde, et la nation nord-américaine est devenue un endroit de plus en plus favorable pour les banques.

Malgré leurs bénéfices incontrôlables, les banques n’ont offert qu’un soutien temporaire et limité aux clients pendant la pandémie. Non seulement la plupart de ces soutiens ont expiré, mais les banques augmentent à nouveau les frais. À mesure que les aides fédérales au revenu liées à la pandémie comme la Prestation canadienne pour le rétablissement (PRC) sont progressivement supprimées, près de la moitié des Canadiens sont à 200 $ ou moins de couvrir leurs dépenses financières chaque mois.

Selon un sondage d’octobre, plus d’un quart des Canadiens sont déjà insolvables, n’ayant plus d’argent à la fin du mois pour payer leurs factures.

Ce trimestre a consolidé le rebond majeur des six grandes banques cette année. La Banque Scotia a rapporté 9,95 G$, la Banque de Montréal (BMO) 7,7 G$, la Banque Royale du Canada (RBC) 16,1 G$, la Banque Toronto Dominion (Banque TD) 14,2 G$, la Banque Nationale du Canada (BNC) 3,1 G$ et la Banque Canadienne Impériale de Commerce (CIBC) 6,4 G$.

Alors que les bénéfices des banques ont presque toujours été stables, ils ont explosé au cours de la dernière décennie grâce aux divisions de gestion de patrimoine et de provisionnement hypothécaire au milieu d’une crise du logement brûlante. Les fusions et acquisitions, les prêts de crédit et la fourniture de services bancaires quotidiens aux clients fournissent aux banques un flux de revenus constant.

Le secteur bancaire canadien bénéficie également depuis longtemps de conditions commerciales optimales. UNE Étoile de Toronto Une étude a révélé que les banques du pays, de 2011 à 2016, ont payé le taux d’imposition le plus bas – 16% – de tous les pays du G7. Leur penchant pour l’évasion fiscale pure et simple aide également à parquer des milliards dans des paradis fiscaux offshore à la Barbade, à Antigua, en Irlande et au-delà.

En temps de crise, ils bénéficient d’un soutien fédéral en liquidités ou de renflouements, souvent avec peu d’exigences. Comme les grandes banques ont reçu 115 milliards de dollars à la suite de la crise financière de 2008-2009, leurs PDG se classent parmi les cent plus riches au Canada. Les rapports sur les bénéfices de la semaine dernière des Big Six ne sont que le dernier développement du rebond majeur du secteur financier après de brefs creux pandémiques.

En plus d’une reprise économique plus rapide que prévu, le soutien du revenu fédéral a aidé à éviter les insolvabilités, avec environ un tiers de tous les paiements de la Prestation canadienne d’urgence (PCU) allant au remboursement de la dette des gens. Cette injection d’argent public, aidée par une économie en reprise, signifiait que les banques avaient besoin d’accéder à moins d’argent qu’elles avaient mis de côté pour rembourser les créances douteuses en temps de crise (appelées réserves pour pertes sur prêts), augmentant ainsi leur résultat net.

En février 2021, les Big Six étaient plus rentables qu’avant la pandémie. Les banques, en effet, ont un nouveau problème : elles ont plus d’argent qu’elles ne savent quoi en faire. Parce que les Big Six détiennent tellement de capitaux excédentaires, les actionnaires s’attendent à ce que les banques maximisent leurs investissements, ce qui peut se produire en augmentant les dividendes ou les investissements dans leur entreprise.

Doit-on s’attendre à ce que les énormes profits de 2021 se traduisent par des services plus abordables ? Pas probable. Durant les premiers mois de la pandémie, le secteur financier est intervenu avec un certain nombre de soutiens rares : des baisses de taux d’intérêt pendant deux à six mois, par exemple, ainsi que quelques mois de reports de versements hypothécaires. Mais un an et demi plus tard, ces interventions ont pour la plupart disparu.

Au printemps dernier, un peu plus d’un an après que la pandémie de COVID-19 a frappé le Canada, les banques ont été critiquées pour avoir augmenté les frais sur les services de base. Sur les comptes « chèques préférés » de la Banque TD, par exemple, la banque a augmenté son solde minimum requis pour renoncer aux frais de 2 000 $ à 5 000 $, comme l’a rapporté CBC. Chaque transaction pour les clients qui n’ont pas ce solde minimum dans leurs comptes augmentera également de près de deux dollars. BMO, RBC et CIBC ont également apporté des modifications de frais similaires.

Les frais élevés ne sont pas nouveaux pour les services bancaires canadiens. Comparativement à d’autres pays, les banques facturent des frais élevés aux Canadiens pour conserver leur argent — certains des frais les plus élevés au monde. Cela comprend les frais pour les comptes et les retraits aux guichets automatiques, ainsi que les frais de découvert et de fonds insuffisants, qui pèsent tous sur ceux qui ont le moins d’argent.

Les frais constituent une source de profit importante, quoique relativement faible, pendant une période de taux d’intérêt toujours bas. Pourtant, même après des années de taux d’intérêt au plus bas fixés par la banque centrale du Canada – ce qui signifie que les prêts sont moins chers que jamais – la plupart des banques ont maintenu les taux des cartes de crédit à environ 19,9 %.

Le Congrès du travail du Canada et ACORN Canada ont tous deux mené des campagnes visant à déterminer à quel point le jeu est sévèrement empilé contre les consommateurs. ACORN souligne qu’environ 3 pour cent des Canadiens – près d’un million – ne sont « non bancarisés » et entièrement exclus des services financiers de base comme les comptes chèques et le crédit. Alors que les banques repoussent les demandes de baisse des taux d’intérêt sur les cartes de crédit, de les augmenter sur les comptes d’épargne ou de réduction des frais, elles ont également licencié des employés, fermé des succursales et réduit les services.

Alors, où est passé le surplus de toutes ces économies ? Certainement, une partie est investie dans de nouvelles technologies et d’autres entreprises commerciales de base. Des sommes colossales ont également été allouées, année après année, aux bonus.

Si les années passées sont une indication, les cadres recevront une rémunération énorme cette année. En règle générale, ils gagnent des millions de « rémunération au rendement » variable – qui peuvent inclure des incitations à court terme comme des primes en espèces ou des incitations à long terme comme des options sur actions – en plus de leurs salaires annuels, de leurs portefeuilles existants, de leurs retraites, etc.

En 2020, le chef de la direction de la Banque TD, Bharat Masrani, a gagné 8,9 millions de dollars – consistant en une prime en espèces, des options d’achat d’actions et des « unités d’actions de performance » différées – en plus de son salaire de 1,45 million de dollars. David McKay, président et chef de la direction de RBC, a gagné 10,8 millions de dollars en plus de son salaire de 1,5 million de dollars. Le PDG de BMO, Darryl White, a complété son salaire de 1 million de dollars par des primes de 8,2 millions de dollars, dont une prime en espèces de 2,3 millions de dollars.

D’autres dirigeants voient généralement des primes époustouflantes chaque année, et les cadres supérieurs dans les domaines les plus lucratifs de la finance – la banque d’investissement, par exemple – profitent également largement. En 2020, la rémunération totale des onze cadres supérieurs de BMO — y compris le salaire et tous les autres avantages — s’élevait à 47,7 millions de dollars. La rémunération totale des « autres preneurs de risques importants » – les cadres supérieurs qui ont le pouvoir d’exposer la banque à un risque financier important – s’élevait à 242,8 millions de dollars.

Les bénéfices exceptionnels financent également des rachats d’actions coûteux et controversés, par lesquels une entreprise rachète ses propres actions à des investisseurs. Comme les dividendes, ceux-ci donnent aux actionnaires un gros gain. La brève interdiction pandémique des rachats d’actions et des augmentations des versements de dividendes a expiré début novembre, ce qui signifie que certaines des énormes quantités de capital dans les coffres des banques – les milliards de réserves pour pertes sur prêts inutilisées, par exemple – ont commencé à remplir les poches des actionnaires .

En plus d’augmenter les dividendes, les six banques ont annoncé des plans de rachat d’actions. La Banque Scotia devrait racheter jusqu’à 24 millions d’actions; RBC jusqu’à 45 millions d’actions ; Banque nationale jusqu’à 7 millions d’actions; CIBC jusqu’à 10 millions d’actions; TD Bank jusqu’à 50 millions d’actions; et BMO jusqu’à 22,5 millions d’actions. Les rachats profitent généralement également aux dirigeants d’une entreprise. Les rachats augmentent le prix des actions, ce qui est bon pour la croûte supérieure étant donné que leur rémunération provient généralement d’options d’achat d’actions. Mais une augmentation du cours de l’action est aussi souvent un critère clé utilisé pour mesurer la performance des dirigeants, ce qui conduit à des bonus encore plus élevés plus tard.

Les détails sur la rémunération des dirigeants de cette année seront trouvés dans les « circulaires de procuration » de printemps de chaque banque, publiées avant les assemblées annuelles des actionnaires des banques. Dans l’ensemble, des décennies de bénéfices exorbitants ont été canalisés dans diverses formes de bonus et d’entreprises – rémunération de haut niveau, rachats, fusions et acquisitions – mais pas pour rendre les choses plus abordables pour les consommateurs. Avec un si petit groupe de banques proposant des produits similaires à des taux similaires, les Big Six fonctionnent plus ou moins comme un oligopole, relativement immunisé contre les pressions normales de la concurrence capitaliste.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire