« Nous ne pouvons pas nous en sortir » : les indigènes continuent de manifester en Équateur | Protestations Nouvelles

0
124

Quito, Equateur – Des milliers d’Autochtones continuent de manifester dans la capitale équatorienne, alors que leurs appels à des réformes sociales et économiques se font de plus en plus forts malgré la répression des autorités de la nation sud-américaine.

Les manifestants, principalement dirigés par le puissant groupe de la Confédération des nationalités autochtones de l’Équateur (CONAIE), ont commencé à bloquer les routes et à défiler dans les capitales provinciales le 13 juin avant d’amener leur manifestation à Quito.

Plusieurs rues clés de la ville sont bloquées depuis mardi, alors que les manifestants s’affrontent avec la police aux principales intersections près du centre-ville. Des manifestations ont également eu lieu dans des villes du pays, notamment Guayaquil, Cuenca et Riobamba.

Les dirigeants autochtones ont présenté au gouvernement du président Guillermo Lasso une liste de 10 demandes, notamment un gel des prix nationaux du gaz, des investissements accrus dans l’éducation et la santé, et plus d’emplois.

Des manifestants dans la capitale, y compris des familles avec enfants et des personnes âgées, ont déclaré à Al Jazeera que la pandémie de COVID-19 et d’autres crises au cours des deux dernières années les avaient particulièrement touchés. Beaucoup ont déclaré qu’ils ne pouvaient plus supporter le fardeau de la hausse de l’inflation et du chômage.

Lasso a déclaré qu’il engagerait un dialogue, mais les dirigeants de la CONAIE affirment que les pourparlers ne pourront commencer qu’une fois que le gouvernement aura levé l’état d’urgence mis en place cette semaine.

Entre-temps, les manifestations ont parfois tourné à la violence, avec des affrontements signalés entre les manifestants et la police et l’armée.

L’Alliance équatorienne pour les droits de l’homme a déclaré vendredi qu’au moins quatre personnes sont mortes depuis le début des manifestations, tandis que 166 manifestants ont été blessés et 108 autres détenus. Le commandant général de la police nationale du pays, Fausto Salinas, a déclaré mercredi aux journalistes que 114 policiers avaient également été blessés.

Al Jazeera a parlé aux manifestants de Quito de ce qui les a poussés dans la rue, de ce qu’ils attendent du gouvernement et de la durée pendant laquelle ils prévoient de maintenir leurs manifestations.

Alfonso Estrella, 47 ans, ouvrier du bâtiment, autochtone Quichua, de Sumbawa dans la province du Cotopaxi

Alfonso Estrella, 47 ans (à droite), et son fils German Estrella, 20 ans, se sont rendus à Quito depuis Cotopaxi pour participer aux manifestations [Kimberley Brown/Al Jazeera]

« Nous sommes venus ici pour revendiquer nos droits, car le gouvernement a mal agi. En un an, tout a augmenté.

“Il [President Lasso] offert de travailler avec les Autochtones. Mais il ne sait pas qui sont les peuples autochtones, ni ce dont ils ont besoin, car la plupart d’entre nous sommes… dans la pauvreté.

“Combien étions-nous payés pendant [former President Raphael] L’heure de Corréa ? 170 $. Combien paient-ils maintenant – 100 $… Ma famille de cinq personnes, imaginez ça. Comment allons-nous survivre avec ça ?

« Si nous sommes endettés, nous ne pouvons pas nous permettre de payer les majorations d’intérêts… Depuis la pandémie, [I’ve acquired] 20 000 $ [in debt].”

“Nous voulons que Lasso quitte ses fonctions, car il ne peut pas gouverner.”

Maria Isabel Humagingan, 42 ans, de Sumbawa dans la province du Cotopaxi

Manifestation en Equateur
Maria Isabel Humagingan dit que les travailleurs agricoles ne peuvent plus s’en sortir [Kimberley Brown/Al Jazeera]

« Pour les engrais, par exemple, ils valaient 15 $ ou jusqu’à 20 $, maintenant ils coûtent jusqu’à 50 $ ou 40 $. Parfois nous avons tout perdu [the whole crop]. Donc nous ne récoltons plus rien.

« Nous sommes venus manifester parce qu’ils ont augmenté tous les prix sur nous. Aux peuples autochtones, ceux qui travaillent dans l’agriculture, et nous ne pouvons pas nous en sortir.

“Essence, pétrole, tout a augmenté… Même l’Ecovia [public transport] les tarifs, par exemple, coûtent 10 cents de plus et cela nous affecte également ici.

“Les ruraux vivent aussi ici, travaillent, mais non, ce qu’ils paient ne suffit pas.”

Segundo Munoz, 41 ans, de Guamote dans la province de Chimborazo, vit à Quito depuis 20 ans

Equateur manifestant
Munoz, 41 ans, dit qu’il comprend le sort des manifestants [Kimberley Brown/Al Jazeera]

« Aujourd’hui, il faut se contenter du strict minimum. La même chose à la maison – ce que vous dépensez à la maison est le minimum maintenant, seulement ce qui est nécessaire. »

« Même mon salaire est le même qu’avant. Ce qu’ils paient maintenant n’a pas augmenté, mais les choses tout autour ont augmenté. C’est ce qui se passe.

Lidia Caringkia Nichik, de la province amazonienne de Pastaza

Manifestation en Equateur
Lidia Caringkia Nichik (au centre) de l’Amazonie équatorienne pose avec d’autres manifestants indigènes amazoniens avec lesquels elle a voyagé de la province de Pastaza à Quito [Kimberley Brown/Al Jazeera]

“Je suis venu ici dans un but qui a touché tout le peuple équatorien.”

“Je suis un [single] mère de quatre enfants et j’ai ressenti de la douleur lorsque je fais les courses pour les produits de première nécessité. Avec 100 $, ce n’est plus suffisant.

“J’ai dû arrêter d’acheter [cooking] le pétrole… je ne suis pas une femme qui gagne un salaire… je gagne un revenu journalier en faisant mon artisanat ; c’est ce que je gagne et ce n’est pas assez.

« Maintenant, je suis ici pour mes enfants parce que je veux qu’ils aient une bonne éducation. Je veux que les hôpitaux ne soient pas privatisés, je veux que les médicaments arrivent. Je veux qu’il y ait moins de corruption en Equateur. C’est pourquoi je suis ici.

« De nombreux citoyens disent que nous ne nous battons pas pour eux. [But] nous nous battons pour eux, pour le peuple, pour les paysans qui n’ont pas la possibilité d’avoir assez à manger pour nos enfants.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/24/we-cant-get-by-indigenous-people-keep-up-protests-in-ecuador

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire