P&O dénonce l’économie britannique anti-ouvrière

0
92

Le matin du 17 mars, l’équipage à bord des navires P&O – l’un des plus grands opérateurs de ferry du Royaume-Uni – était dans un état d’anxiété. Ils avaient reçu un e-mail tôt le matin les informant de s’attendre à une annonce plus tard dans la journée.

Des rumeurs ont commencé à circuler entre les travailleurs sur les groupes WhatsApp. Ceux à terre ont rapporté avoir repéré ce qui semblait être des équipes de sécurité et des autocars pleins de travailleurs attendant dans les ports. La spéculation a commencé qu’il s’agissait de travailleurs de remplacement accompagnés de crétins embauchés par P&O. Bientôt, leurs pires craintes se sont confirmées. Quelques heures plus tard, une vidéo diffusée sur Zoom informait huit cents travailleurs qu’ils étaient licenciés avec effet immédiat avant de leur ordonner de quitter leurs navires.

S’adressant à nous, les membres d’équipage décrivent leur sentiment de choc. Beaucoup avaient consacré leur vie professionnelle à la navigation. Ils ont été salués tout au long de la pandémie comme des travailleurs clés qui ont maintenu des chaînes d’approvisionnement maritimes vitales pendant une crise nationale. Il n’y avait pas une telle gratitude pour leur service de P&O. En un instant, leurs moyens de subsistance leur ont été enlevés.

La société de sécurité Interforce avait demandé à ses hommes lourds – composés d’anciens policiers – d’apporter leurs menottes et de se préparer à retirer physiquement les travailleurs non conformes. Un membre d’équipage l’a décrit comme “de type mafieux”. Le syndicat des transports ferroviaires et maritimes (RMT) a dit à ses membres de rester sur place. Un ouvrier licencié se souvient que « les membres d’équipage à bord pleuraient », craignant ce qui pourrait leur arriver alors que des agents de sécurité cagoulés montaient sur la passerelle du navire.

La nouvelle a rapidement filtré que l’équipe de remplacement était composée de travailleurs intérimaires d’outre-mer. En raison des faiblesses du droit du travail maritime, ces travailleurs sont exemptés de la protection du salaire minimum national. Un groupe de travailleurs exploités peut être remplacé par un groupe encore plus exploité. L’équipe de l’agence ne devrait être payée que 5,15 £ de l’heure, soit moins d’un tiers du montant gagné par ceux qu’elle remplace.

P&O affirme que ces actions étaient nécessaires. L’entreprise devait simplement réduire ses coûts pour assurer son avenir. S’il est vrai que leur entreprise a été endommagée pendant la pandémie et que le trafic n’avait pas encore retrouvé ses niveaux d’avant la pandémie, ce qui a nui au résultat net de l’entreprise, un examen plus approfondi des finances de P&O et de sa société mère remet cette affirmation en question.

Le propriétaire de P&O Ferries, DP World, a réalisé des bénéfices records tout au long de la pandémie, avec une marge de plus de 1,2 milliard de dollars l’an dernier seulement. P&O a également reçu un soutien important des contribuables britanniques au cours des deux dernières années – dont 10 millions de livres sterling du régime de congé en même temps que DP World versait 270 millions de livres sterling de dividendes.

Les pratiques industrielles vicieuses de P&O ne sont pas nouvelles dans l’économie britannique. Ce qui distingue ce scandale, c’est l’illégalité éhontée derrière les actions de l’entreprise. En vertu de la loi britannique, les employeurs qui envisagent de procéder à des licenciements sont tenus d’informer leur personnel quarante-cinq jours à l’avance – une loi que le directeur général de l’entreprise a non seulement admis avoir enfreinte, mais a déclaré qu’il enfreindrait à nouveau. Il existe également une obligation légale d’informer l’autorité gouvernementale compétente. P&O n’a fait ni l’un ni l’autre.

Alors pourquoi P&O a-t-il choisi d’enfreindre délibérément la loi ? La réponse a été confirmée par les chefs d’entreprise après avoir été traînés devant une commission parlementaire restreinte : ils savaient qu’ils s’en tireraient.

La peine maximale en cas de non-notification d’un licenciement collectif, une « indemnité conservatoire », est de quatre-vingt-dix jours de salaire. P&O a offert aux travailleurs une indemnité de départ améliorée en plus de cette indemnité. Ainsi, même si les employés rejetaient l’accord et portaient leur cas devant un tribunal du travail, ils subiraient un retard de dix-huit mois, n’auraient aucune garantie de justice et recevraient moins d’argent. L’entreprise s’est effectivement rachetée hors de la loi.

Le fait de ne pas informer le gouvernement peut, en droit du moins, entraîner des conséquences plus graves, notamment une amende illimitée et des poursuites pénales – alors pourquoi prendre le risque ? La raison en est qu’ils savaient qu’ils avaient affaire à un gouvernement qui ne défendrait pas les travailleurs contre ces abus grotesques. Leur conviction est bien fondée.

Des pratiques anti-ouvrières prédatrices ont été approuvées à plusieurs reprises par l’affaiblissement des lois sur les syndicats et la réduction des droits du travail. Décrivant la situation, le professeur de droit du travail Alan Bogg a fait valoir que le fait de ne pas interdire le licenciement et la réembauche après que la tactique se soit propagée comme une traînée de poudre pendant la pandémie a créé une culture d’impunité qui à son tour a produit “le licenciement et la réembauche sous stéroïdes”.

La réponse du gouvernement va de l’impuissance au ridicule. Le Premier ministre a reconnu l’infraction à la loi de P&O, mais il y a une intention claire de lancer la question dans l’herbe longue : le gouvernement a demandé au service d’insolvabilité de fournir une réponse pour savoir si les actions étaient illégales d’ici le 8 avril. D’ici là, la nouvelle opération de P&O sera en place et en cours d’exécution, et l’histoire sera hors de l’actualité.

Non seulement ils ne veulent pas agir, mais les ministres avaient une connaissance préalable des plans de l’entreprise et n’ont rien fait. Boris Johnson a rencontré les Emiratis, propriétaires de P&O via Dubai World, la veille des limogeages. Nous avons alors découvert que ses services avaient fait circuler des notes donnant la ligne P&O quelques heures seulement avant les licenciements, sans même prendre la peine d’informer les travailleurs. Mais cette semaine, nous avons également découvert que le secrétaire aux Transports, Grant Shapps, avait été averti de la restructuration prévue lors d’une réunion à Dubaï dès novembre de l’année dernière.

Mais au lieu d’une action significative, les ministres ont suggéré que le ferry “Pride of Britain” soit renommé. Ensuite, il y a eu le spectacle bouffon de la députée de Douvres, Natalie Elphicke, assistant à un piquet de grève et se joignant à des chants de “honte à vous” avant de se rendre compte qu’ils étaient dirigés contre elle. Lundi, le gouvernement a fermement condamné l’entreprise – avant d’ignorer un vote parlementaire visant à renforcer les droits en matière d’emploi afin d’éviter une répétition.

Toute l’affaire met en lumière la faiblesse des droits et des protections des travailleurs – de la crise de l’application, où les entreprises savent que le coût de la violation de la loi est inférieur aux profits à tirer de la criminalité, aux restrictions sur la capacité des travailleurs à se défendre.

Un tel exemple est que comme condition de leur indemnité de départ, les travailleurs ont été obligés de signer des accords de non-divulgation. Celles-ci sont conçues pour empêcher les travailleurs d’intenter une action en justice, pour les empêcher de parler publiquement de leur expérience et pour les intimider de se joindre à des piquets de grève ou à des manifestations qui pourraient perturber les activités de P&O.

Les restrictions à l’activité syndicale obligent les travailleurs à se battre avec un bras lié dans le dos. La forme d’action revendicative la plus efficace pour résister aux tactiques brutales et défendre les moyens de subsistance – l’action secondaire ou de “solidarité” – reste illégale, empêchant les syndicats employés par des entreprises distinctes d’agir en faveur de la main-d’œuvre licenciée de P&O.

Si le droit à l’action solidaire était rétabli, les travailleurs du secteur maritime pourraient refuser de traiter avec P&O et mettre l’entreprise au point mort. Ou les syndicats pourraient cibler la société mère de P&O pour s’assurer qu’elle paie le prix d’un comportement illégal et immoral. Un ancien équipier a exprimé le sentiment d’impuissance que les lois actuelles imposent aux travailleurs dans leur situation. « Nous devrions être capables de résister », nous a-t-il dit. “Nous devrions avoir ce droit.” Les dockers de Liverpool et de Hull refusent toujours de manipuler des marchandises, mais la réalité est que les lois rendent cela extrêmement difficile.

En 1988, lorsqu’il a été jugé que les travailleurs en grève de P&O avaient pris des mesures secondaires illégales, ils ont été accueillis avec toute la force de l’État. Les bureaux du Syndicat national des marins ont été mis sous séquestre et leurs avoirs saisis. Cela contraste fortement avec la culture de l’impunité pour les patrons qui enfreignent la loi. S’il s’avère que P&O n’a pas informé les autorités gouvernementales compétentes, il doit être poursuivi. Toute entreprise qui se comporte de cette manière ne devrait clairement pas être autorisée à fonctionner.

Les travailleurs licenciés veulent des actions. L’un d’eux a exhorté le gouvernement « à s’en prendre à [the company] comme une tonne de briques. Un autre a déclaré qu’ils devaient «faire en sorte que les amendes soient aussi élevées que possible. Récupérez cet argent et partagez ces millions avec les huit cents membres d’équipage qui ont perdu leur emploi. Ils insistent pour que la licence d’exploitation de P&O soit révoquée, que l’entreprise devienne propriété publique et que les travailleurs soient réintégrés. À tout le moins, le gouvernement doit annuler les lucratifs contrats de ports francs de DP World.

Pour ceux qui ont perdu leur emploi, leur monde a été bouleversé, un travailleur le comparant à un « deuil ». Mais face à de telles difficultés, leur défi et le mouvement de solidarité qui a surgi sont inspirants.

Il y a eu un filet de ce qui pourrait être décrit comme une “action secondaire informelle” impliquant des travailleurs et des syndicats refusant de travailler avec P&O et leur société mère. Il a même été signalé que certains travailleurs intérimaires quittaient leur emploi. Pendant ce temps, les protestations de l’Écosse à Douvres ont mis la pression sur P&O – mais n’ont pas encore fermé les ports. La campagne devra s’intensifier pour avoir une chance de renverser la décision.

Les anciens membres d’équipage sont pessimistes quant à leurs chances d’obtenir justice, mais ils sont déterminés à ne pas se coucher. Si P&O est autorisé à s’en tirer, tous les travailleurs en Grande-Bretagne seront exposés au même traitement. Quelqu’un qui nous a parlé a dit : « Nous sommes les agneaux sacrificiels. Mais nous allons continuer à nous battre. Nous devons nous assurer que leur nom est terminé comme un avertissement afin que cela ne se reproduise plus jamais.

Le scandale P&O et la réponse à celui-ci devraient être un moment décisif qui expose le déséquilibre du pouvoir dans l’économie britannique qui encourage des assauts tous azimuts contre les salaires et les conditions de travail – et qui nous motive à lutter pour le renforcement du pouvoir des travailleurs afin de nous permettre de se défendre.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire