Pourquoi l’humanitarisme est un mot fouine

0
117

Source de la photographie : Département d’État américain – Domaine public

Il est peut-être temps de reconsidérer l’utilisation de mots tels que « humanitaire » et « humanitarisme ». Il n’y a eu que peu de preuves de ce genre dans la guerre Israël-Hamas, marquée par des atrocités industrielles mécanisées, des privations et la famine forcées, des ordres d’évacuation (lire expulsion et bannissement), précédés de massacres des plus obsédants et viscéraux. Son évocation constante par les différentes parties au conflit lui a donné une qualité décroissante, laissant les relations internationales agitées.

Rappelez-vous, le terme humanitaire avait déjà été vidé de toute signification solide au lendemain de la guerre froide. L’intervention humanitaire est devenue un concept vicieux et évangélisé, enchantant des personnalités telles que l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair avec sa promesse quasi biblique de sauver les âmes et de punir les méchants de la guerre du Kosovo de l’OTAN. « Je voyais cela essentiellement comme une question morale », affirme-t-il dans ses mémoires. Il poursuivrait également en affirmant que la guerre n’avait « jamais été civilisée » mais qu’elle pouvait être « nécessaire au maintien de la civilisation ».

En justifiant l’usage d’armes lourdes sous couvert d’humanitarisme, les populations civiles pourraient être attaquées, apparemment pour empêcher un despote maniaque ou un tyran génocidaire d’imposer sa volonté. Il a été utilisé à plusieurs reprises dans les guerres liées à l’éclatement de la Yougoslavie, mais il a fait une apparition bruyante et retentissante lors de la campagne de bombardement de l’OTAN en 1999, lorsque les avions à réaction sont devenus des prêtres administrant la mort aux personnes mal lavées et incrédules.

L’utilisation de sinistres bombes intelligentes et le ciblage ciblé sont devenus l’expression d’une guerre menée pour protéger un groupe ethnique sélectionné (dans ce cas, les Albanais du Kosovo) malgré la destruction grossière des infrastructures critiques serbes et la paralysie de l’économie. , et l’assassinat de journalistes qui, pour la plupart, n’étaient pas forcément d’accord avec le gouvernement de l’époque. En cours de route, cela signifiait également que l’OTAN pouvait fournir une couverture disculpatoire pour la violence de l’Armée de libération du Kosovo contre ces méchants Serbes placés sur un piédestal qui avaient pris du retard sur le train même de l’histoire qui les avait vénérés en 1914 et 1941. C’est cela, de l’humanitarisme pour vous. .

Il n’est donc pas étonnant que le droit d’un État d’intervenir dans les affaires d’un autre en invoquant des raisons humanitaires ait été bouleversé par cette vanité rusée et monstrueuse que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de responsabilité de protéger. Son caractère doux et boulette a été souligné par la Commission internationale sur l’intervention et la responsabilité de l’État, parrainée par le Canada et coprésidée par l’ancien ministre australien des Affaires étrangères Gareth Evans et le diplomate algérien Mohamed Sahnoun.

La commission a transformé la formule brutale et égoïste de la force en un mélange sucré et farineux qui pouvait être vendu aux cœurs saignants et aux néoconservateurs pierreux. « La Commission est d’avis que le débat sur l’intervention à des fins de protection humaine ne devrait pas se concentrer sur le « droit d’intervenir » mais sur la « responsabilité de protéger ». Les hommes politiques, à l’affût des votes et d’une place dans la postérité, pourraient se sentir bien à l’idée de tuer à nouveau.

R2P, comme l’appellent ceux qui ont l’esprit technique et ceux qui sont doucement arrosés par le décor de la conférence, a eu un bilan épouvantable. On peut faire valoir qu’il a besoin d’une retraite urgente, voire d’une euthanasie calme et régulière. Cette solution a été tentée et a échoué, avec des résultats désastreux lors de l’intervention libyenne de 2011 qui, du moins au début, a reçu l’approbation du Conseil de sécurité. Ceux qui ont appliqué la force pour protéger un nombre restreint de civils du macabre et excentrique colonel Mouammar Kadhafi (les États-Unis, la France, le Royaume-Uni) ont finalement décidé qu’un changement de régime – la chose même contre laquelle de telles interventions – n’était peut-être pas une telle solution. mauvaise idée finalement. C’était.

La guerre entre Israël et le Hamas annonce déjà la fin de ces doctrines. Les gants sont enlevés ; les armes sont utilisées généreusement ; les civils meurent avec une rapidité sanglante. Les coupe-cheveux se demandent si les restes humains déchiquetés peuvent relever ou non des lois de la guerre. Les bébés morts ont rarement leur mot à dire lors des tables rondes sur le droit international, mais les forces de défense israéliennes ne reculent jamais devant l’occasion de faire semblant de croire qu’ils ont leur mot à dire, surtout lorsqu’ils sont israéliens.

Dans une telle situation, d’autres mots farfelus ont fait leur apparition dans un usage régulier, accompagnant les concepts complexes de « terrorisme » et autres. La dernière en date est l’idée d’une « pause humanitaire », un cri véritablement cynique qui représente la préférence de Washington plutôt qu’un véritable cessez-le-feu qui suspendrait les hostilités. On ne peut que conclure que l’existence de l’humanité est une méchanceté bloquée par de telles pauses.

Un cessez-le-feu était certainement la préférence de la majorité qui l’a voté à l’Assemblée générale des Nations Unies le 27 octobre. La résolution A/ES-10/L.25 intitulée « Protection des civils et respect des obligations juridiques et humanitaires » fait également partie de l’Accord général. L’Assemblée réclame ce qu’elle appelle une « trêve humanitaire ». Parmi ceux qui ont voté, 120 étaient pour, 14 contre, avec 45 abstentions.

Le représentant d’Israël, Gilad Menashe Erdan, a vivement dénoncé l’ONU comme n’ayant plus « ne serait-ce qu’une once de légitimité ou de pertinence ». La représentante américaine Linda Thomas-Greenfield s’est dite exaspérée que le Hamas et les otages aient été omis de la résolution. « Il est scandaleux que cette résolution ne nomme pas les auteurs de l’attentat terroriste du 7 octobre. » C’étaient des « omissions du mal ».

L’observation et le point de vue les plus intéressants dans cette folie volcanique sont peut-être venus du représentant du Pakistan, qui a qualifié la résolution de texte « humanitaire » (ce mot encore). Les tentatives faites par le Canada pour ramener l’attention sur le Hamas comme cause de toute cette affaire sanglante ont ignoré la question du rôle historique d’Israël et de son occupation du territoire palestinien. “Nommez les deux ou nommez l’un ou l’autre.”

Pour les partisans d’Israël, une véritable cessation des hostilités est mal vue car, selon le secrétaire d’État américain Antony Blinken, elle permettrait simplement au Hamas de se regrouper. C’est un point de vue défendu par un certain nombre de porte-drapeaux d’Israël. Cela montre que la cause palestinienne est un élément mort, une suppression du débat. Résultat : un massacre effréné.

Ayant décidé que le Hamas doit être détruit, plutôt que traité comme une présence protéiforme et indéracinable qui s’altère face à une politique vicieuse qui refuse de reconnaître les maux palestiniens (cette politique étant territoriale, ethnonationaliste, religieuse et historique), Blinken peut alors prétendre l’administration Biden se soucie du massacre d’innocents et de l’expulsion massive d’une population.

Faire une distinction entre combattant et non-combattant, entre le combattant de la liberté en fusion et le parent conscient, est l’un de ces jeux fictifs qui divertissent la classe de fantaisie du premier cycle, mais s’avèrent impossible à appliquer au combat. L’agenda ici est sans équivoque : Israël, avec l’aide et les encouragements des États-Unis, a l’intention d’enterrer toute résistance palestinienne pleine de dents, vive et digne pour la prochaine génération. S’ils réussissent, ils ne le feront que pendant quelques années, voire quelques années.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/11/10/why-humanitarianism-as-a-weasel-word/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire