Quels sont les objectifs stratégiques de l’Occident dans la guerre en Ukraine ?

0
72

La guerre en Ukraine et la réaction du monde à son égard seront un facteur décisif dans la formation de l’ordre politique et économique mondial au cours de la décennie à venir. En particulier, les actions, les récits et la planification des alliés occidentaux concernant à la fois la Russie et le rôle du Sud global dans la reconstruction d’après-guerre de l’Ukraine indiqueront quels sont leurs objectifs stratégiques à long terme. L’Occident veut-il simplement voir la Russie vaincue et l’OTAN élargie et renforcée, ou peut-il envisager une « victoire » en Ukraine qui jette les bases d’un monde dans lequel la démocratie est plus sûre et la gouvernance mondiale plus inclusive et efficace ?

Si l’issue des combats reste incertaine, les objectifs stratégiques de l’Occident, en particulier la manière dont il entend traiter la Russie en cas de victoire de l’Ukraine, auront d’énormes conséquences. La grande question est de savoir si les alliés chercheront à punir la Russie dans son ensemble en imposant des réparations sévères ou cibleront plutôt le régime autocratique du président Vladimir Poutine d’une manière qui limite les charges imposées au peuple russe.

Au début de la guerre, les alliés occidentaux ont souligné que la défense de la Charte des Nations Unies et de la démocratie étaient leurs objectifs premiers. À la fin du printemps, certains stratèges et responsables américains ont préconisé l’affaiblissement permanent de la Russie comme objectif stratégique, bien qu’il ne soit pas clair si cela serait toujours un objectif en cas de changement de régime en Russie.

Alors que tout règlement global du conflit ukrainien doit obliger la Russie à supporter une partie du fardeau de la reconstruction résultant d’une guerre qu’elle a déclenchée, la sévérité des conditions imposées au peuple russe aura des ramifications politiques. Plus les termes sont durs, plus il est probable que la Russie embrasse encore plus étroitement la Chine, de sorte qu’un bloc sino-russe serré fasse partie de l’ordre géopolitique d’après-guerre.

L’effet d’une telle alliance ne doit pas être sous-estimé. Alors que la Chine serait le centre de gravité du bloc, le PIB relativement faible de la Russie (inférieur à celui de l’Italie) ne devrait pas conduire à négliger les capacités scientifiques du pays, la taille de son arsenal nucléaire, la richesse de ses ressources naturelles et le potentiel stratégique l’importance de son vaste territoire.

En poursuivant des mesures qui traitent le peuple russe différemment de Poutine et de son autocratie, les démocraties du monde pourraient espérer empêcher un résultat à long terme dans lequel la Russie serait « perdue » pour elles. Interdire à tous les Russes d’entrer dans l’Union européenne, comme certains décideurs le proposent maintenant, est le type de mesure qui poussera le pays vers la Chine. Et diviser le monde de manière trompeuse en démocraties et en autocraties provient du même livre de jeu inefficace et polarisant. Lorsqu’il s’agit de dictatures comme celle de Poutine, un élément clé de toute stratégie diplomatique réussie est de faire la distinction entre les dirigeants politiques et les citoyens ordinaires.

Il est vrai que le droit de veto de la Russie au Conseil de sécurité de l’ONU a rendu impossible pour l’ONU de jouer un rôle de coordination dans la lutte contre l’agression russe en Ukraine. Mais les alliés occidentaux qui ont assumé cette tâche ont fait peu d’efforts pour consulter le Sud global dans leur prise de décision, ou pour l’impliquer dans le processus de planification d’après-guerre.

Il est bien sûr également vrai qu’une grande partie des pays du Sud se sont abstenus de voter sur les deux principales résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies condamnant la Russie en mars. Mais l’Occident aurait dû reconnaître que la réponse des pays en développement à la guerre reflétait des réflexes anciens et profondément enracinés, à savoir la mémoire collective amère du colonialisme européen et les souvenirs du soutien de l’Union soviétique à nombre de ces pays pendant la lutte pour l’indépendance.

Par ailleurs, la conférence de Lugano organisée par les alliés occidentaux début juillet pour lancer une plate-forme pour la reconstruction de l’Ukraine n’incluait aucun pays du Sud global. On pourrait soutenir qu’il s’agissait principalement d’une réunion de donateurs, mais elle excluait les États riches du Golfe et incluait des pays tels que l’Albanie et la Macédoine du Nord, dont aucun n’est susceptible de pouvoir contribuer.

La reconstruction de l’Ukraine nécessitera des centaines de milliards de dollars. Cet effort risque donc de détourner une aide substantielle des pays du Sud, qui tentent toujours de faire en sorte que les pays riches respectent leur engagement de longue date de fournir 100 milliards de dollars par an pour soutenir l’atténuation et l’adaptation au changement climatique dans les pays les plus pauvres. Il sera également intéressant de voir dans quelle mesure les règles de passation des marchés pour les projets de reconstruction en Ukraine permettront aux pays en développement non donateurs de soumissionner efficacement.

Mais il n’est peut-être pas trop tard pour que l’Occident implique les pays du Sud, en particulier des pays comme l’Inde et l’Afrique du Sud, qui disposent de bonnes capacités techniques dans certains secteurs, dans la reconstruction de l’Ukraine. L’Occident devrait également inclure les pays en développement dans l’établissement des règles concernant les éventuelles sanctions restantes contre la Russie après la première phase d’un règlement, ainsi que les réglementations régissant les avoirs russes gelés.

Dans le cas où l’Ukraine l’emporterait, le traitement de la Russie par l’Occident et sa position envers le Sud global pendant la reconstruction de l’Ukraine détermineront si l’issue de la guerre servira de rampe de lancement pour le progrès mondial vers un multilatéralisme plus inclusif et équitable. Dans le pire des cas, l’Occident aura remporté une victoire à la Pyrrhus qui finira par renforcer l’autocratie et approfondir davantage les divisions mondiales.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire