Qu’impliquerait réellement la reconnaissance de la Russie comme État parrain du terrorisme ?

0
56

Les dirigeants politiques ukrainiens ont intensifié leurs appels au gouvernement américain pour qu’il désigne la Russie comme État parrain du terrorisme après les soldats russes réalisé prisonniers de guerre ukrainiens le 29 juillet.

Le gouvernement ukrainien appelle les États-Unis à qualifier la Russie d’État parrain du terrorisme depuis le début du printemps 2022, lorsque les premières attaques à grande échelle ont eu lieu. Les membres du Congrès ont soutenu cette décision, qui placerait la Russie aux côtés de Cuba, de la Corée du Nord, de l’Iran et de la Syrie en tant que partisans du terrorisme.

loi américaine affirme que le secrétaire d’État accorde la désignation d’un État parrain du terrorisme en fournissant la preuve que l’État en question a soutenu à plusieurs reprises des actes de terrorisme international. Une telle désignation n’est pas seulement un acte politique mais une condition préalable à l’imposition de nouvelles sanctions substantielles.

Le département d’État interdictions la réexportation d’articles à double usage d’origine américaine, y compris des articles pouvant être utilisés à des fins militaires, vers des pays ainsi désignés. De plus, il interdit l’exportation de logiciels et de technologies, ainsi que certaines transactions financières. En désignant la Fédération de Russie comme État parrain du terrorisme, les États-Unis enverraient un message puissant aux pays qui n’ont pas imposé de sanctions à Moscou et déclareraient en outre que Washington est fermement déterminé à aider l’Ukraine à gagner la guerre.

Cette décision pourrait également signaler aux nations qui ont adopté une ligne pro-russe qu’il est dans leur intérêt d’adopter le régime de sanctions dirigé par les États-Unis plutôt que de faire face à la stigmatisation substantielle de continuer à faire des affaires avec un État paria terroriste.

Trois exemples

Soudan

En 2020, dans sa rapport sur le terrorisme, le département d’État a mentionné que la décision de l’administration Trump de retirer le Soudan de la liste a permis à Khartoum d’obtenir des prêts. Elle a également permis au Soudan d’être réhabilité sur la scène internationale après vingt-sept ans d’isolement après que le gouvernement soudanais a ouvertement abrité Oussama ben Laden après qu’il ait ordonné des attaques terroristes contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie dans les années 1990. Avant de retrouver l’accès aux prêts internationaux, le pays était accablé par un taux d’inflation de plus de 150 %.

Retrait de la liste américaine a été provoqué par un changement de parti au pouvoir au Soudan qui a permis au pays d’attirer des investissements du Fond monétaire international. À l’époque, le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin avait souligné que les États-Unis étaient prêts à aider le gouvernement soudanais à renégocier sa dette extérieure de 60 milliards de dollars. Une disposition plus importante était que le Soudan acceptait de payer 335 millions de dollars aux victimes des attentats contre les ambassades américaines. Ce précédent suggère que la Russie pourrait être obligée de payer à l’Ukraine des dommages de guerre si elle est inscrite sur la liste américaine et souhaite être retirée de la liste.

Cuba

L’administration Obama a retiré l’île dirigée par les communistes de la liste en 2015 ; l’administration Trump, dans un mouvement décrit comme «manifestement politique», l’a remis sur la liste en janvier 2021, avec l’imposition de sanctions supplémentaires. Ces sanctions étaient principalement liées aux interdictions de voyager et aux transferts d’argent, qui ont particulièrement touché les Cubains vulnérables qui avaient reçu des envois de fonds et d’autres aides de parents cubano-américains et de touristes américains. Le précédent de Cuba montre que le gouvernement américain ne devrait pas craindre de devoir, dans trente ou cinquante ans, traiter avec la Russie, par exemple, mener des pourparlers sur des traités bilatéraux, y compris la non-prolifération nucléaire. Si Moscou ne commet pas d’autres actes terroristes, Washington pourrait envisager de retirer la Russie de la liste.

Corée du Nord

La logique et la chronologie des sanctions américaines contre Pyongyang et la désignation de la Corée du Nord comme État parrain du terrorisme correspondre aux sanctions américaines actuelles imposées à Moscou. D’abord, des sanctions sévères ont été introduites, puis le pays a été mis sur la liste des terroristes. Avant l’inscription de la Corée du Nord sur la liste en novembre 2017, des dizaines de restrictions avaient été imposées par les États-Unis et leurs partenaires. À l’été 2017, le Congrès approuvé la Loi sur la lutte contre les adversaires de l’Amérique par le biais de sanctions, qui obligeait le président américain à imposer des sanctions à la Russie, à la Corée du Nord et à l’Iran sous trois titres distincts de la loi. A cet égard, les sanctions occidentales et la désignation comme sponsor du terrorisme peuvent être agencées en parallèle, et le statut d’un Etat sponsor du terrorisme sera soumis à des sanctions plus substantielles.

Effets de la désignation de la Russie comme État parrain du terrorisme

La Russie n’a jamais été désignée auparavant comme État parrain du terrorisme par les États-Unis, bien que certains gouvernements européens s’apprêtent maintenant à appliquer cette étiquette à Moscou. Agir ainsi, dans le contexte de la guerre russo-ukrainienne, permettrait aux États-Unis d’augmenter les sanctions et encouragerait d’autres pays à ne pas financer la participation de la Russie à la guerre. Il y a un large soutien, presque unanime, au Congrès américain pour procéder à l’inscription de la Fédération de Russie.

Les effets d’une telle inscription sont onéreux. En plus de n’avoir aucune chance d’obtenir l’aide étrangère américaine ou d’acheter des articles d’origine américaine à double usage commercial et militaire, il serait presque impossible pour Moscou d’approcher les principales institutions financières mondiales, telles que la Banque mondiale, pour obtenir des prêts.

On s’attendrait également à ce qu’une guerre de longue durée conduise à Le défaut de la Russie sur ses dettes extérieures, ce qui empêcherait Moscou d’obtenir de l’argent des institutions financières internationales et mettrait probablement fin à l’activité des troupes russes et à celle des mercenaires financés par Moscou, comme le groupe Wagner, en Ukraine.

La désignation d’État parrain du terrorisme implique essentiellement deux domaines du droit – sanctions et immunité souveraine – contre les poursuites. Le Sénat américain résolution non contraignante approuvée le 27 juillet penche vers cette dernière. Il appelle à la levée de l’immunité souveraine de la Russie, ce qui donnerait du mordant aux poursuites intentées contre la Russie devant les tribunaux américains. Ici, la loi sur les immunités souveraines étrangères entre en jeu : bien que la loi protège généralement les États étrangers poursuivis devant les tribunaux américains, elle permet aux Américains – mais pas aux Ukrainiens, dans ce cas – de poursuivre des pays désignés pour certains actes odieux et, si ils prévalent, pour être indemnisés à partir des avoirs gelés de l’État. A l’heure actuelle, il y a 38 milliards de dollars d’actifs russes actuellement détenus dans des banques américaines.

Une réponse russe à la désignation d’État parrain du terrorisme comprendrait probablement des efforts accrus pour intervenir dans les élections de mi-mandat aux États-Unis en novembre et pour mener des cyberattaques contre les infrastructures américaines. La propagande d’État russe pourrait même recourir à l’invention de reportages d’attaques sous fausse bannière contre la télévision russe contrôlée par l’État. Moscou a déjà accusé les États-Unis de parrainer une « guerre d’agression » fantôme par l’Ukraine, et même de soutenir les « nazis » à Kyiv. Cela signifie que toute tentative des médias étroitement contrôlés de la Fédération de Russie de forger un nouveau récit justifiant leurs actions tombera très probablement dans l’oreille d’un sourd.

Le Kremlin pourrait également compromettre les pourparlers sur le nouvel accord nécessaire pour remplacer le Nouveau traité STARTun traité de réduction des armes nucléaires, dont la prolongation expire en 2026. Moscou a déjà arrêté Les inspections américaines de son arsenal nucléaire, comme l’exige le traité, et d’autres non-conformités peuvent être attendues, en particulier si elles peuvent être utilisées à des fins de propagande.

Une puissante ligne de propagande émanant du Kremlin consiste à dépeindre les États-Unis comme une superpuissance mondiale en déclin. L’annonce publique de la suspension des inspections par la Russie début août, dans le cadre d’un traité parrainé par l’ONU sur la non-prolifération nucléaire, a pris les observateurs au dépourvu, bien que la plupart des discussions sur les questions majeures soient manipulé en privé. Cependant, une annonce ouverte de ce genre, selon Police étrangèresemble destiné à attiser les tensions avec Washington.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire