Supprimer les idées insensées n’arrête pas la conduite insensée

0
39

Pourquoi Payton Gendron (prétendument, mais il l’a diffusé en direct, donc ce n’est pas comme s’il y avait beaucoup de doute) a-t-il tué dix personnes dans une épicerie de Buffalo, à New York, le 14 mai ?

La réponse la plus simple, et au moins partiellement correcte, est que Gendron souscrit à ce qu’on appelle la théorie du « grand remplacement ». C’est principalement ce dont nous entendons parler dans les médias grand public décrivant son “manifeste” de 180 pages : c’est un raciste “de droite” qui croit que les élites politiques conspirent pour le remplacer, lui et ses compatriotes américains “blancs”, par des personnes de couleur.

Ce que la plupart des publications grand public ne font pas, c’est un lien direct vers le manifeste lui-même afin que les membres du public puissent facilement y accéder, le lire et se forger leur propre opinion sur son contenu. Ils nous disent ce qu’ils veulent que nous sachions à ce sujet dans l’espoir que nous en penserons ce qu’ils veulent que nous en pensions.

J’ai pu trouver le manifeste – non pas via un grand journal américain, mais lié à une publication “nationaliste blanche” d’un écrivain raciste de premier plan – après une courte recherche.

Sur une lecture rapide, la seule vraie conclusion à laquelle on peut arriver (à part qu’une douche semble être une bonne idée) est que Gendron est, eh bien, fou, tout à fait dans la veine Unabomber. Il a un tas de griefs, et pour une raison quelconque, il a décidé qu’entrer dans un magasin et abattre un groupe de personnes était le meilleur moyen d’attirer notre attention sur ces griefs – et, selon les trucs du «grand remplacement», de réduire le population non blanche directement, et peut-être indirectement effrayer d’autres membres de cette population pour qu’ils quittent les États-Unis.

Mais il y a plus dans Payton Gendron et ses griefs que le « Grand Remplacement ». Par exemple, il se décrit politiquement comme appartenant à la catégorie « gauche autoritaire modérée à modérée », se plaignant que sous le « conservatisme », « l’environnement naturel est industrialisé, pulvérisé et banalisé ». Certaines de ses opinions s’inscrivent confortablement dans le moule « progressiste » du XXIe siècle.

La réticence des médias grand public à nous montrer toute cette chose sordide est égoïste dans ce sens, mais fait également partie intégrante de l’idée que « dé-plateforme » des idées folles réduit les comportements fous, en particulier violents.

Cette notion n’a jamais fonctionné dans la pratique. En fait, le contraire semble être vrai. Par exemple, la République de Weimar a fait un usage libéral (sic) des lois contre le discours de haine et les « insultes » pour réprimer le parti nazi d’Adolf Hitler. Et les nazis ont utilisé cette tentative de suppression pour se présenter comme des martyrs et inspirer leur base à l’action.

Tenter de supprimer le manifeste de Gendron n’empêche pas ceux qui veulent le lire car ils seront probablement d’accord avec lui de le trouver. Cela rend simplement plus difficile pour le reste d’entre nous d’engager ses terribles idées et d’en éloigner les impressionnables avec de meilleurs arguments.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/19/suppressing-insane-ideas-doesnt-stop-insane-conduct/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire