Un ancien détenu de Guantánamo a disparu après son retour au Yémen, selon sa famille

0
58

Abdulqadir al Madhfari était une jeune assistante médicale qui rêvait de devenir médecin. Personne n’aurait pu imaginer qu’à 25 ans, il serait emprisonné pendant les deux prochaines décennies, d’abord par les États-Unis, puis par les Émirats arabes unis. Comme de nombreux hommes musulmans innocents pris dans le filet de la CIA immédiatement après le 11 septembre, al Madhfari a été enlevé par les forces américaines au Pakistan et emmené par avion, cagoulé et enchaîné, à la prison de Guantánamo Bay. Détenu indéfiniment en tant que membre présumé d’Al-Qaïda, il a vu son avenir lui échapper dans la prison la plus honteuse d’Amérique. En tant que l’un des premiers détenus de Guantanamo, il a été soumis à la torture lors d’un interrogatoire et détenu pendant 14 ans.

En 2016, avec un nouvel espoir que son calvaire soit terminé, al Madhfari a été libéré avec 14 autres détenus. Son pays natal, le Yémen, était trop instable pour y retourner, mais les Émirats arabes unis ont promis la réhabilitation et la réinstallation. L’accord avec un pays tiers, négocié par le département d’État, est intervenu alors que le président Barack Obama avait décidé rapidement de fermer la tristement célèbre prison qui s’était arrêtée vers la fin de son mandat.

Mais au lieu d’offrir à al Madhfari et à ses compatriotes yéménites une chance de se remettre d’années d’abus, les Émirats arabes unis les ont emprisonnés – une décision que l’administration Trump a ignorée. Un an de détention s’est étendu sur cinq, sans aucune communication autorisée avec le monde extérieur. Les avocats ont indiqué à la famille d’al Madhfari qu’il se détériorait en isolement cellulaire. À la suite de pressions exercées par des avocats et des médias, al Madhfari et d’autres ont finalement été libérés de la détention aux Émirats arabes unis le mois dernier et confiés à la garde de leurs familles. Les défenseurs avaient demandé en vain le transfert des anciens détenus de Guantanamo vers un pays tiers sûr comme Oman ou le Qatar, mettant en garde contre le rapatriement au Yémen – un pays plongé dans la guerre civile, connaissant la pire crise humanitaire au monde.

Après son emprisonnement aux Émirats arabes unis, un Madhfari gravement atteint de troubles mentaux n’était plus le même homme avec qui sa famille avait parlé à Guantanamo. Les membres de sa famille immédiate au Yémen étaient totalement méconnaissables pour lui, a déclaré à The Intercept Ameen al Madhfari, un frère vivant en dehors du Yémen. “Il les a accusés d’être des Emiratis lui jouant un tour.” Il a refusé de parler à qui que ce soit et est devenu agité et craintif lorsqu’on l’a approché. Bander les yeux d’al Madhfari était le seul moyen pour les forces de sécurité des Émirats arabes unis de le convaincre de quitter leur base de Mukalla, un port maritime au Yémen, et de rentrer dans la capitale avec son frère et son oncle.

Le 11 novembre, al Madhfari a demandé à se promener dehors pour la première fois depuis son arrivée chez sa famille. Alors qu’il était accompagné de sa famille dans les rues de la capitale, Sanaa, al Madhfari s’est enfui. Paniquée, la famille n’avait aucune idée de ce qui s’était passé jusqu’à ce qu’une connaissance de la police confirme leurs pires craintes : il avait été détenu par des membres de la milice houthie à un poste de contrôle.

« Nous ne savons pas où il est détenu. »

Sa disparition a bouleversé la famille, a déclaré Ameen. Après s’être battue pendant deux décennies pour le libérer, une sœur est toujours sous le choc et un frère aîné a été admis à l’hôpital, où il est resté plusieurs jours après avoir appris la nouvelle. (The Intercept retient les noms de certains membres de la famille de Madhfari, qui craignent d’être persécutés et de représailles pour avoir parlé aux médias de leur pays de résidence.)

Al Madhfari est depuis détenu dans un lieu inconnu. “Il est caché et n’est pas autorisé à être interviewé”, a déclaré Ameen via WhatsApp. « Nous ne savons pas où il est détenu. » Au Yémen, la torture et les disparitions dans les réseaux pénitentiaires abondent. L’existence de prisons secrètes gérées par les Émirats arabes unis, où les détenus yéménites sont soumis à la torture et à des interrogatoires américains, a été bien documentée par l’Associated Press et l’avocate yéménite des droits humains Huda al-Sarari. Les Houthis, le gouvernement du président yéménite Abd Rabbu Mansour Hadi et d’autres parties belligérantes ont tous été accusés d’avoir géré leurs propres prisons secrètes truffées de torture.

Abdulrahman Barman, un avocat yéménite des droits humains et directeur exécutif de l’American Center for Justice, qui a travaillé à la coordination du transfert au Yémen, n’a pas été surpris par l’arrestation d’al Madhfari. “Certains de ses camarades de retour peuvent être victimes d’enlèvements et de disparitions forcées, d’autant plus que le Yémen est dans un état de guerre et de chaos”, a déclaré Barman à The Intercept dans un communiqué traduit de l’arabe. « La plupart des hommes qui rentrent chez eux appartiennent à des zones contrôlées par des groupes armés qui ne respectent pas la loi et les droits humains », a ajouté Barman, faisant référence aux Houthis et au Conseil de transition du Sud soutenu par les Émirats arabes unis.

La persécution des rebelles Houthis, qui ont renversé le gouvernement yéménite soutenu par l’Arabie saoudite en 2014 et contrôlent désormais 80 % des 30 millions d’habitants du Yémen, complique tout espoir que les anciens détenus ont pour une nouvelle vie dans le pays. Faisant partie d’un mouvement chiite soutenu par l’Iran, les rebelles s’opposent au gouvernement yéménite, à Al-Qaïda au Yémen et aux militants de l’État islamique. Étant donné que les États-Unis soupçonnaient d’anciens détenus de Guantanamo d’être impliqués dans Al-Qaïda, ils courent un risque élevé d’enlèvement, de disparition et d’assassinat au Yémen. Les Émiratis ont également emprisonné des centaines de Yéménites soupçonnés d’être des militants d’Al-Qaïda ou de l’Etat islamique, selon l’Associated Press. Les anciens détenus de Guantanamo qui retournent au Yémen sont également la cible d’Al-Qaïda à des fins de recrutement.

Des proches de prisonniers yéménites détenus à la prison de Guantánamo Bay demandent leur libération devant l’ambassade des États-Unis à Sanaa, au Yémen, le 11 janvier 2014. La photo d’Abdulqadir al Madhfari est dans la rangée du bas, cinquième à partir de la gauche. La photo de Mansoor Adayfi est au-dessus de celle d’al Madhfari.

Photo : Mohammed Huwais/AFP via Getty Images

L’ombre longue de Guantanamo

Après l’élection des États-Unis au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies le mois dernier, le président Joe Biden a promis de « promouvoir la responsabilité des gouvernements qui violent les droits de l’homme » et de « continuer à travailler sans relâche pour soutenir les militants, les défenseurs des droits de l’homme et les manifestants pacifiques. en première ligne de la lutte entre la liberté et la tyrannie. Le discours de Biden a souligné la capacité unique des États-Unis à défendre les droits de l’homme tout en commettant ses propres abus et en négligeant ses propres victimes récentes.

“Après avoir torturé et détenu arbitrairement ces hommes pendant des décennies, il est de notre responsabilité légale et éthique de veiller à ce qu’ils soient épargnés de toute nouvelle violation des droits dans les pays vers lesquels nous choisissons de les envoyer”, Alka Pradhan, avocate des droits humains à Guantánamo. Commissions militaires de la baie, a déclaré The Intercept. “Les États-Unis doivent interroger publiquement les Émirats arabes unis sur l’endroit où se trouvent les hommes et comment ils prévoient d’assurer leur sécurité.”

“Les États-Unis doivent interroger publiquement les Émirats arabes unis sur l’endroit où se trouvent les hommes et comment ils prévoient d’assurer leur sécurité.”

Au-delà de la sécurité de base, la plupart des anciens détenus de Guantanamo n’ont jamais reçu de services de réadaptation, de réparations financières ou la possibilité de vivre « comme une personne normale », a expliqué Mansoor Adayfi, un ancien détenu de Guantanamo. Après 14 ans d’emprisonnement, Adayfi, un Yéménite, a été contraint de se rendre en Serbie contre son gré en 2016. Il a appelé sa vie là-bas « Guantánamo 2.0 ». Les anciens détenus ont longtemps dénoncé le harcèlement constant, la surveillance et la stigmatisation que Guantanamo leur inflige. “Nous souffrons toujours de vivre sous des restrictions”, a déclaré Adayfi. « Nous ne pouvons pas voyager. Nous n’avons pas le droit de travailler. Nous ne sommes pas autorisés à obtenir des documents de voyage ou un permis de conduire. Désormais affilié au groupe de défense des prisonniers CAGE en tant que coordinateur du projet de Guantanamo, Adayfi a déclaré que sans la pression des États-Unis, rien ne changera.

Que les horreurs de la détention arbitraire à Guantanamo continuent de mettre en danger la vie des hommes qui ont franchi ses portes grillagées en accordéon – et des 39 qui restent emprisonnés – est un échec de la presse et du gouvernement américain à prendre en compte correctement les abus qui s’est produit au lendemain du 11 septembre.

“Notre politique semble être que tant que nous traiterons avec des hommes musulmans, personne ne se souciera de ce qui leur arrivera”, a déclaré Pradhan. “Beaucoup d’entre nous ont observé pendant 20 ans que cette politique nous a vidés de toute crédibilité.”

En effet, la plupart des Américains qui savent que la prison de Guantánamo Bay n’a pas été fermée pendant l’administration Obama semblent étonnamment en faveur du centre de détention inconstitutionnel et à durée indéterminée. Le fait que la plupart des détenus étaient complètement innocents et simplement vendus à la CIA contre de l’argent de la prime dans les pays appauvris reste volontairement mal compris. Sur les 780 détenus qui ont été détenus à Guantánamo, seuls six hommes ont déjà failli être jugés par un tribunal militaire, cinq lors des audiences préliminaires pour implication dans le 11 septembre.

L’échec national à faire face à l’héritage de Guantánamo a laissé la porte ouverte à l’administration Trump pour négliger les anciens détenus alors qu’ils croupissaient dans des prisons secrètes sans soins de santé adéquats. Pour la famille d’al Madhfari, c’est devenu une question de vie ou de mort. “Nous n’avons pas d’autre choix que de faire un suivi auprès des autorités de Sanaa”, a déclaré Ameen. “Nous essayons de demander aux médiateurs d’expliquer son état de santé psychologique et mentale, mais nous n’avons obtenu jusqu’à présent aucune promesse concluante de le libérer.”

La source: theintercept.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici