Un tribunal israélien confirme l’interdiction de prière des non-musulmans à Al-Aqsa | Conflit israélo-palestinien

0
44

Une cour d’appel israélienne a annulé une décision d’un tribunal inférieur remettant en question le statu quo du site.

Une cour d’appel israélienne a annulé une décision d’un tribunal inférieur remettant en cause le fondement juridique d’une interdiction de longue date de la prière non musulmane dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem-Est occupée.

“La sensibilité particulière du mont du Temple ne peut être surestimée”, a déclaré mercredi la juge Einat Avman-Moller dans sa décision, en utilisant le nom hébreu du complexe.

Le juge a déclaré que le culte juif là-bas “devrait être remplacé par d’autres intérêts, parmi lesquels la sauvegarde de l’ordre public”.

Plus tôt cette semaine, un tribunal de première instance a statué en faveur de trois appelants juifs qui avaient été bannis de la vieille ville par la police pendant 15 jours pour avoir prié sur le site, attisant les craintes palestiniennes de tentatives de changement du statu quo sensible sur le site.

L’enceinte de la mosquée Al-Aqsa est située à l’intérieur de la vieille ville historique. La grande majorité de la communauté internationale ne reconnaît pas la souveraineté israélienne sur Jérusalem-Est et considère qu’il s’agit d’un territoire illégalement occupé.

Le complexe est l’un des sites les plus sacrés de l’Islam et est appelé al-Haram al-Sharif, ou le Noble Sanctuaire. Selon un accord en vigueur depuis 1967, les non-musulmans sont autorisés sur le site pendant les heures de visite, mais il leur est interdit d’y prier.

Les Juifs croient que le complexe de 35 acres est l’endroit où se trouvaient autrefois les temples juifs bibliques. Sur la base de la loi religieuse juive traditionnelle limitant l’entrée sur le site et du statu quo convenu de l’enceinte, Israël autorise les Juifs à s’y rendre à condition qu’ils s’abstiennent d’y prier.

Levant l’interdiction dimanche, le juge du tribunal de première instance Zion Saharai a déclaré que s’il n’avait aucune intention d’interférer dans l’application de la loi sur le site, la conduite des trois appelants “ne soulève pas d’inquiétude quant à un préjudice pour la sécurité nationale, la sécurité publique ou la sécurité individuelle”. .

Les tribunaux de première instance peuvent être renversés par les tribunaux de district, la Cour suprême d’Israël étant la dernière instance d’appel.

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a publié une déclaration qualifiant la décision de dimanche de « grave assaut contre le statu quo historique… et de défi flagrant au droit international ».

La police israélienne a effectué à plusieurs reprises des descentes dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa pendant le mois de jeûne musulman du Ramadan cette année, qui coïncidait avec la fête juive de la Pâque, afin de protéger les visites des colons. Des centaines de Palestiniens ont été blessés et arrêtés.

Au moins 16 000 Israéliens devraient participer à une « marche du drapeau » annuelle dans et autour de la vieille ville, marquant son occupation par Israël lors de la guerre israélo-arabe de 1967. La marche englobera le quartier musulman et inclura la porte de Damas, où les Palestiniens ont tendance à se rassembler, attisant les craintes de nouvelles tensions.

Les Palestiniens considèrent la marche comme une provocation alors que les colons juifs affichent leur «souveraineté» sur le territoire occupé. Les marches précédentes ont inclus des chants israéliens de “Mort aux Arabes” et des attaques contre des maisons et des magasins palestiniens dans la vieille ville.

Les groupes armés palestiniens dans la bande de Gaza assiégée, y compris le Hamas, ont averti que de tels événements « ajoutent de l’huile sur le feu ». L’année dernière, le Hamas et le Jihad islamique palestinien (JIP) ont subi une guerre de 11 jours avec Israël suite à des tentatives de déplacement forcé de Palestiniens à Jérusalem et à des raids sur l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa.

Raids, fermetures et restrictions de la mosquée Al-Aqsa par les forces israéliennes. (Al Jazeera)

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/26/israeli-court-upholds-non-muslim-prayer-ban-at-al-aqsa-mosque

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire