Verizon sévit contre les efforts de syndicalisation à Washington

0
39

Quelques jours après que les travailleurs de deux magasins Verizon dans l’État de Washington ont voté pour se syndiquer, le géant des télécommunications a licencié un travailleur qui poussait à syndiquer les magasins voisins.

L’organisateur, Jesse Mason, a déclaré que l’entreprise l’avait licencié sans avertissement, invoquant une infraction mineure. Il se bat pour récupérer son emploi, et le syndicat qui aide à organiser les travailleurs du commerce de détail de Verizon a maintenant déposé une plainte pour pratique déloyale de travail auprès du National Labor Relations Board.

Le licenciement pourrait représenter une escalade dans les efforts de Verizon pour étouffer un soulèvement potentiel des travailleurs dans ses magasins de détail, alors que les entreprises américaines observent une vague croissante d’efforts de syndicalisation qui déferle sur de grandes marques comme Starbucks et Amazon.

Alors que les anciennes opérations filaires de Verizon sont syndiquées, seuls quelques-uns de ses points de vente le sont, en particulier ses magasins à Brooklyn. Mais en février, Verizon a averti les actionnaires qu’il pourrait faire face à des efforts de syndicalisation supplémentaires sur la route. La société a noté dans son rapport annuel 2021 : « Bien qu’un petit pourcentage de la main-d’œuvre en dehors de nos opérations filaires traditionnelles soit représentée par des syndicats pour les négociations, nous ne pouvons pas prédire l’impact que l’augmentation de la densité syndicale de cette main-d’œuvre pourrait avoir sur nos opérations.

Selon Mason, Verizon l’a licencié le 19 avril – son premier jour de retour au travail après que les travailleurs des magasins de détail de l’entreprise à Everett et Lynnwood ont voté pour se syndiquer par un Compte de 11 contre 1. Mason était apparu dans la couverture médiatique célébrant le dépouillement des bulletins de vote des magasins Lynnwood et Everett.

“Ils m’ont viré le premier jour où je suis retourné au travail après le vote”, a déclaré Mason, ajoutant que la direction l’avait d’abord fait travailler tout son quart de travail avant de le laisser partir.

Les employés de Verizon dans la région de Seattle nous ont dit que l’entreprise avait immédiatement fait venir des cadres et des consultants pour intimider les travailleurs après que les employés des magasins d’Everett et de Lynnwood aient annoncé pour la première fois leur intention de se syndiquer avec les Communications Workers of America (CWA) le mois dernier. Un forum Reddit privé pour les employés de Verizon a également décidé d’interdire toute mention des syndicats, avant de finalement fermer complètement.

Mais aucun des partisans du syndicat n’a perdu son emploi – jusqu’à présent.

“Tout le monde savait que j’étais la principale personne de mon magasin qui organisait le syndicat”, a déclaré Mason :

Je pense qu’ils essaient d’envoyer un message, tout d’abord, à tout le monde dans mon magasin qu’ils feraient mieux de ne pas penser à recommencer, sans moi. Et puis à travers le pays, ils essaient d’envoyer le message que si vous essayez de faire ça, nous allons juste vous virer.

Vendredi, CWA a déposé une plainte pour pratique déloyale de travail contestant le licenciement de Mason auprès du National Labor Relations Board, l’agence fédérale chargée de faire appliquer la législation du travail.

Nous avons contacté Verizon pour obtenir des commentaires et mettrons à jour cette histoire en conséquence.

Mason a précédemment travaillé comme organisateur pour le Nevada State Democratic Party. Avant cela, il a été consultant en vente au détail pour AT&T à Seattle pendant trois ans et délégué syndical pour la section locale 7803 de la CWA, la même section avec laquelle les magasins Everett et Lynnwood ont voté pour se syndiquer.

Mason a déclaré qu’il avait commencé comme spécialiste il y a huit mois dans les magasins Verizon de Seattle Northgate et Aurora Village. “Le fait que j’essaie de me syndiquer ne veut pas dire que c’était un mauvais travail”, a-t-il dit, ajoutant : “Je voulais juste l’améliorer.”

Mais Mason a déclaré que l’entreprise avait commencé à enquêter sur lui peu de temps après que les travailleurs des magasins Everett et Lynnwood avaient annoncé leur intention de se syndiquer. Mason, qui a déclaré qu’il n’avait jamais été discipliné auparavant par l’entreprise, a déclaré que la raison invoquée pour le laisser partir était “faible” et quelque chose pour laquelle “personne ne serait même écrit, dans des circonstances normales”.

Mason est déterminé à retrouver son emploi et à poursuivre son combat pour syndiquer les magasins.

“Pour moi, c’est une très bonne raison de se syndiquer, car c’est la preuve qu’ils peuvent vous virer pour des conneries inventées quand ils le veulent”, a-t-il déclaré. “C’est une stratégie terrible pour eux, parce que maintenant je vais juste passer tout mon temps à m’assurer d’abord que je récupère mon travail et ensuite, que nous amenons plus de magasins Verizon à se syndiquer.”



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire